Analgésia, un rosier sans épine embléme de la lutte contre la douleur

Analgésia, tel est le nom choisi pour une nouvelle variété de rosier sans épine, ainsi baptisée en Picardie pour symboliser et porter la lutte contre la douleur.
Analgésia, tel est le nom choisi pour une nouvelle variété de rosier sans épine, ainsi baptisée en Picardie pour symboliser et incarner la lutte contre la douleur.
Le rosier Analgésia, dernière création de la Pépinière Mela Rosa (Pas-de-Calais), ne comporte aucune épine. C’est pourquoi il a été ainsi baptisé à l’occasion de la journée mondiale contre la douleur du 17 octobre 2016, par l’Association de lutte contre la douleur Amiens-Picardie (ALDAP) et le CHU Amiens-Picardie. Ce rosier au nom symbolique sera bientôt mis en valeur par les équipes des espaces verts du CHU qui l’intègreront dans les parterres aux abords des voies d’entrée avec une plaque commémorative pour rappeler l’engagement de l’hôpital dans la lutte contre la douleur. 
Le traitement de la douleur au cœur des préoccupations
L’évaluation et le traitement de la douleur sont au cœur des préoccupations du CHU Amiens-Picardie. Avec des approches adaptées à chacun des publics, enfants, adultes ou personnes âgées, le réseau des référents douleurs de plus de 130 hospitaliers propose un ensemble de thérapies pour soulager la douleur. Le Centre d’Etude et de Traitement de la Douleur (CETD) reçoit les patients en consultation pour la douleur chronique et propose une évaluation, une orientation ou un suivi thérapeutique plurimodal et interdisciplinaire. 
L’engagement " Non à la douleur " du CHU se concrétise par de l’écoute, du soutien et une explication claire des soins et de leur déroulement : mesures d’intensité de douleur, moyens thérapeutiques médicamenteux ou non.
Soulager avec ou sans médicaments
Parmi les thérapies non médicamenteuses, grâce à des formations comme le DU de Thérapies Non Médicamenteuses, premier du genre en France, les professionnels de l’hôpital sont sensibilisés ou formés à la kinésithérapie, la médecine naturelle, les activités physiques, la neurostimulation, l’acupuncture, la réflexologie, la mésothérapie, le toucher relationnel, la relaxation, l’hypnose, la thérapie cognitivo-comportementale, le conseil en image corporelle, l’art-thérapie, la musicothérapie, l’aromathérapie …
Le CHU Amiens Picardie est également investi dans les programmes de formation universitaire organisés par l’Université de Picardie Jules Verne, le DIU et la Capacité Douleur.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Première greffe française de larynx : récit d’une performance lyonnaise

Pour la première fois en France, un larynx a été greffé sur une femme les 2 et 3 septembre dernier. Deux mois et demi après cette opération spectaculaire qui a mobilisé douze chirurgiens issus des Hospices Civils de Lyon et autres CHU français durant vingt-sept heures, le CHU lyonnais communique sur le sujet. Quant à la patiente âgée de 49 ans, elle pourrait retrouver durablement l’usage de la parole vingt ans après l’avoir perdue.

Etudes de Médecine : Romuald Blancard ou l’un des visages de l’ouverture du 2e cycle à la Réunion

Depuis septembre, il fait partie de la première promotion d’étudiants en médecine de quatrième année de La Réunion. Pour Réseau CHU, Romuald Blancard a accepté de nous parler de l’ouverture du deuxième cycle des études médicales sur son île, mais pas seulement. Son parcours atypique, son stage en psychiatrie, ses rêves jamais trop grands etc. ont été abordés dans les locaux du nouveau campus bioclimatique de Sainte-Terre. Sans langue de bois.

Le CHU de La Réunion a pris la vague rose

La seizième édition de la Run Odysséa Réunion s’est tenue les 4 et 5 novembre sur le site de l’Étang-salé, dans l’ouest de la Réunion, et ce malgré une météo capricieuse qui a bien failli compromettre l’opération. 275 000 euros ont été récoltés. Un succès auquel est associé le CHU de la Réunion, partenaire pour la première fois cette année, et dont le baptême de l’eau a été placé sous le signe de la prévention. Reportage.

A Nancy, l’Infiny au service des MICI

En juin 2021, l’Agence nationale de la recherche annonçait le financement de douze nouveaux Instituts hospitalo-universitaires, montant ainsi le nombre d’IHU à dix-neuf avec l’ambition de faire de la France la première nation souveraine en matière de santé à l’échelle européenne. Sur ces douze nouveaux établissements, deux d’entre eux ont obtenu, en raison de “intérêt de santé publique majeur” qu’ils présentaient, le label “IHU émergent ».” C’est notamment le cas de l’IHU INFINY du CHRU de Nancy, officiellement lancé le 7 septembre dernier, et spécialisé dans la prise en charge des MICI.