Analgésia, un rosier sans épine embléme de la lutte contre la douleur

Analgésia, tel est le nom choisi pour une nouvelle variété de rosier sans épine, ainsi baptisée en Picardie pour symboliser et porter la lutte contre la douleur.
Analgésia, tel est le nom choisi pour une nouvelle variété de rosier sans épine, ainsi baptisée en Picardie pour symboliser et incarner la lutte contre la douleur.
Le rosier Analgésia, dernière création de la Pépinière Mela Rosa (Pas-de-Calais), ne comporte aucune épine. C’est pourquoi il a été ainsi baptisé à l’occasion de la journée mondiale contre la douleur du 17 octobre 2016, par l’Association de lutte contre la douleur Amiens-Picardie (ALDAP) et le CHU Amiens-Picardie. Ce rosier au nom symbolique sera bientôt mis en valeur par les équipes des espaces verts du CHU qui l’intègreront dans les parterres aux abords des voies d’entrée avec une plaque commémorative pour rappeler l’engagement de l’hôpital dans la lutte contre la douleur. 
Le traitement de la douleur au cœur des préoccupations
L’évaluation et le traitement de la douleur sont au cœur des préoccupations du CHU Amiens-Picardie. Avec des approches adaptées à chacun des publics, enfants, adultes ou personnes âgées, le réseau des référents douleurs de plus de 130 hospitaliers propose un ensemble de thérapies pour soulager la douleur. Le Centre d’Etude et de Traitement de la Douleur (CETD) reçoit les patients en consultation pour la douleur chronique et propose une évaluation, une orientation ou un suivi thérapeutique plurimodal et interdisciplinaire. 
L’engagement " Non à la douleur " du CHU se concrétise par de l’écoute, du soutien et une explication claire des soins et de leur déroulement : mesures d’intensité de douleur, moyens thérapeutiques médicamenteux ou non.
Soulager avec ou sans médicaments
Parmi les thérapies non médicamenteuses, grâce à des formations comme le DU de Thérapies Non Médicamenteuses, premier du genre en France, les professionnels de l’hôpital sont sensibilisés ou formés à la kinésithérapie, la médecine naturelle, les activités physiques, la neurostimulation, l’acupuncture, la réflexologie, la mésothérapie, le toucher relationnel, la relaxation, l’hypnose, la thérapie cognitivo-comportementale, le conseil en image corporelle, l’art-thérapie, la musicothérapie, l’aromathérapie …
Le CHU Amiens Picardie est également investi dans les programmes de formation universitaire organisés par l’Université de Picardie Jules Verne, le DIU et la Capacité Douleur.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.