AP-HP : une activité en hausse en hospitalisation partielle

En octobre, la situation financière de l'AP-HP fait apparaître une activité hospitalière stable en hospitalisation complète et en hausse de plus de 2% en hospitalisation partielle. Le Conseil de surveillance de l’AP-HP s’est réuni le 19 octobre 2018, sous la présidence d’Anne Souyris, adjointe à la maire de Paris en charge de la santé et des relations avec l’AP-HP et vice-présidente du Conseil de surveillance de l'AP-HP.

En octobre, la situation financière de l’AP-HP fait apparaître une activité hospitalière stable en hospitalisation complète et en hausse de plus de 2% en hospitalisation partielleLe Conseil de surveillance de l’AP-HP s’est réuni le 19 octobre 2018, sous la présidence d’Anne Souyris, adjointe à la maire de Paris en charge de la santé et des relations avec l’AP-HP et vice-présidente du Conseil de surveillance de l’AP-HP. 
Martin Hirsch, directeur général de l’AP-HP, a rappelé les transformations initiées depuis la dernière séance du conseil de surveillance en juin et notamment en matière de gouvernance : directoire « élargi » pour une meilleure représentation des groupes hospitaliers, nomination de deux préfigurateurs pour de nouveaux ensembles hospitaliers, APHP.5 et APHP.6, mieux articulés avec les Universités et leur territoire, une organisation de la direction générale de l’AP-HP au bénéfice de plus de transversalité avec un nouveau comité de direction et trois directeurs généraux adjoints. Il a également souligné qu’au cours des quatre dernières années, l’AP-HP avait consolidé sa position en Île-de-France.

Situation financière et activité

Un point a été réalisé sur la situation financière de l’AP-HP à fin septembre.
L’activité hospitalière est stable en hospitalisation complète et en hausse de plus de 2% en hospitalisation partielle. Les prévisions en hospitalisation complète étaient plus dynamiques dans l’EPRD que ce que l’on constate à fin septembre, faisant porter un risque sur les recettes de séjours sur l’année 2018.
Les charges de personnel sont bien maîtrisées et l’objectif de stabilité de la masse salariale sera tenu dans l’EPRD. En revanche, les charges relatives à la consommation de produits de santé (médicaments et dispositifs médicaux qui sont financés dans les tarifs de séjours) progressent d’un peu plus de 1% et les charges hôtelières et générales sont stables. Les ambitions de maîtrise de ces charges étaient plus fortes dans l’EPRD et un écart à la cible budgétaire est donc possible.

Programme d’actions qualité, sécurité des soins et prise en charge des usagers

Le programme d’amélioration de la qualité et de la sécurité de la prise en charge des patients se déroule de 2017 à 2020. Les orientations prioritaires portent sur : la prévention des événements indésirables associés aux soins, la prévention des infections associées aux soins, la prise en charge du médicament, la prise en charge de la douleur, la fin de vie, la prévention de la dénutrition et la certification. Le bilan 2017 met en avant de nombreuses actions telles que l’organisation de la journée sur l’implication des patients dans les démarches qualité sécurité des soins, le guide des procédures d’identitovigilance et dispositif de formation associé, le renforcement de la culture de l’apprentissage par les erreurs, le plan antibiotiques, l’évaluation des parcours patients ou la conciliation médicamenteuse.
Les 16 groupes hospitaliers de l’AP-HP ont été certifiés par la HAS, dont 12 avec la reconnaissance d’un niveau A ou B (sur une échelle de A à E). Les 4 autres cotés C doivent fournir un Compte qualité complémentaire précisant les actions conduites sur les points de vigilance en matière de prise en charge du patient. Le top 5 des points à améliorer portent sur : la prise en charge médicamenteuse, le bloc opératoire, le dossier du patient, le management qualité risques et la radiologie interventionnelle. L’implication des équipes et des usagers a été systématiquement soulignée par les experts visiteurs de la HAS.

Patrimoine et logement

Le bilan patrimonial de l’APHP montre une réduction de 20% des surfaces foncières depuis 2010 principalement dans le domaine non hospitalier. Les 973 hectares se répartissent sur le domaine non hospitalier pour 55%, le domaine hospitalier pour 40% et sous forme de baux emphytéotiques pour 5%.Les cessions d’immobilisation constituent une ressource importante pour le financement des investissements. Elles ont représenté environ 55 M€ par an sur les 5 dernières années. La stratégie de l’AP-HP dans le cadre de son plan de transformation est de renforcer la valorisation de son patrimoine en projetant 90M€ en moyenne de produits de cessions sur les 5 prochaines années. Il a en outre été confirmé le déclassement et la mise en vente de l’hôtel Scipion, situé à Paris dans le 5ème arrondissement. Le parc de logements de l’AP-HP compte 9 698 logements fin décembre 2017. Fin 2017, l’AP-HP gérait sur son parc privé 2 983 logements (2 769 fin 2014) et 769 (1 603 fin 2014) sur son domaine public. 989 logements sont destinés aux astreintes : 217 issus du domaine privé et 769 du domaine public.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.