Au CHU d’Angers, Disney France et LudHealth proposent un parcours enchanté aux enfants hospitalisés

Le mercredi 22 mai 2019, The Walt Disney Company France, la startup angevine LudHealth et le CHU d’Angers ont inauguré de nouveaux espaces ludiques et sportifs destinés aux jeunes patients. Les dispositifs muraux LE QOOS® – à l’effigie des personnages Disney - permettent aux jeunes patients de réaliser des activités physiques adaptées tout en s'amusant.
Le mercredi 22 mai 2019, The Walt Disney Company France, la startup angevine LudHealth et le CHU d’Angers ont inauguré de nouveaux espaces ludiques et sportifs destinés aux jeunes patients. Les dispositifs muraux LE QOOS® – à l’effigie des personnages Disney – permettent aux jeunes patients de réaliser des activités physiques adaptées tout en s’amusant.
Dans le cadre de son programme de mécénat de solidarité, The Walt Disney Company France s’engage depuis de nombreuses années dans des actions de divertissement pour les enfants et familles qui en ont le plus besoin, notamment à l’hôpital. C’est pour cela que Disney France a souhaité s’associer avec la start-up LudHealth pour équiper le CHU d’Angers avec des dispositifs LE QOOS® à l’effigie des personnages Disney, Marvel ou Star Wars, pour transporter l’enfant loin de l’univers hospitalier !

Angers, 1er CHU de France équipé

Un enfant hospitalisé peut rencontrer des difficultés motrices liées à sa maladie, une chirurgie ou une chimiothérapie. Afin de limiter la fonte musculaire chez le jeune patient et pour l’encourager à pratiquer une activité physique adaptée tout en s’amusant, le hall d’accueil de la pédiatrie et cinq chambres d’hospitalisation d’oncologie pédiatrique du CHU d’Angers ont été équipés de dispositifs LE QOOS®, un concept original créé par la société LudHealth.
Le centre hospitalo-universitaire d’Angers est le 1er CHU de France à bénéficier de ces dispositifs sportifs muraux originaux aux couleurs de Disney.

Installer l’activité physique dans le quotidien des enfants hospitalisés

« Au lancement de l’aventure LE QOOS®, nous avions un projet secret : installer l’activité physique dans le quotidien des enfants hospitalisés grâce au soutien et aux encouragements des personnages emblématiques Disney. Cette idée qui avait tant de sens pour nous a trouvé un écho et une bienveillance immédiate au sein de l’équipe de Disney France, et quelques mois ont finalement suffit pour lui donner une existence bien réelle », déclare Stéphane Degonde, fondateur de LudHealth et du projet LE QOOS®. « Être actif, s’amuser, sourire, et trouver dans les gestes et le mouvement une autre façon d’exprimer ses émotions et ressentis, c’est un peu tout cela que les installations exclusives Disney-LE QOOS® vont offrir aux petits patients et à celles et ceux qui les accompagnent. »
« Ce n’est pas un hasard si Disney et LudHealth se sont retrouvés autour de ce projet du CHU d’Angers. Nos équipes pédiatriques ont toujours été ouvertes aux coopérations qui permettent de développer des programmes conciliant animation et innovation : l’objectif que nous poursuivons tous ici est le mieux-être des jeunes patients », précise Cécile Jaglin-Grimonprez, Directrice générale du CHU d’Angers. « Nous sommes persuadés que cette belle collaboration, une première en France, fera des émules au sein d’autres établissements hospitaliers. »
Pour Hélène Etzi, Présidente de The Walt Disney Company France, « Quand nous avons rencontré Stéphane Degonde de LudHealth, et qu’il nous a présenté LE QOOS®, nous avons immédiatement été séduits par ce dispositif innovant. C’est tout naturellement que nous l’avons installé dans nos locaux pour le bien-être de nos collaborateurs qui l’ont tout de suite adopté. Il était donc logique pour nous de proposer l’expérience du QOOS® – Disney à l’hôpital. L’occasion pour les enfants de pratiquer une activité physique et ludique avec les personnages de l’univers Disney. »
A propos de l’unité d’oncologie pédiatrique du CHU d’Angers
L’unité d’immunologie hématologie et oncologie pédiatrique prend en charge les enfants atteints de cancer jusqu’à 18 ans, du diagnostic au traitement. Sont également accueillis des enfants souffrant de pathologies hématologiques non malignes (déficit immunitaire, maladie des globules rouges, drépanocytose …). Le CHU d’Angers est l’un des 30 centres de la société française de lutte contre le cancer et des leucémies de l’enfant. Cette unité angevine est dotée de 6 lits de soins intensifs ; 4 lits d’hospitalisation conventionnelle (3 de ces chambres sont équipées de QOOS® Disney) ; 5 lits d’hospitalisation de jour (dont deux chambres équipées de QOOS® Disney). 300 enfants ont été pris en charge l’an dernier par les professionnels de santé de cette unité. Le CHU d’Angers dispose également d’une équipe mobile baptisée AJA pour Adolescent Jeune Adulte, atteints de cancer. Elle est composée de médecin, psychologue, éducateur et infirmier. Cette équipe AJA se déplace au CHU – mais également à l’ICO – auprès des jeunes de 15 à 25 ans atteints de cancer.
La démarche dons et mécénat du CHU d’Angers accompagne les entreprises du territoire et les donateurs particuliers qui souhaitent s’engager et soutenir les projets pour l’amélioration du quotidien des patients, de leurs proches et des équipes, l’acquisition de matériel biomédical innovant ou encore la recherche en santé.
Plus d’infos : 02.41.35.66.38 et href= »mailto:mecenat@chu-angers.fr »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.