Caméra cachée : le Professeur EDAN gagne le procès contre France 3

Le 19 avril 2000, le professeur Gilles Edan, chef du service de neurologie du CHU de Rennes, a été informé par son entourage qu'il avait été filmé à son insu dans son bureau par un journaliste accompagnant le conjoint d'un malade traité dans le service et qui lui avait été présenté comme un membre de la famille.

Une caméra cachée dans le bureau d’un médecin
Le 19 avril 2000, le professeur Gilles Edan, chef du service de neurologie du CHU de Rennes, a été informé par son entourage qu’il avait été filmé à son insu dans son bureau par un journaliste accompagnant le conjoint d’un malade traité dans le service et qui lui avait été présenté comme un membre de la famille. Ce « reportage » était diffusé dans l’émission « Pièces à conviction » consacré à la maladie de Creutzfeldt – Jacob, le 18 avril sur France 3. Le médecin, très choqué par ce procédé, a décidé, conjointement avec le CHU de Rennes, de porter l’affaire devant le tribunal de Grande Instance de Rennes qui a rendu son jugement le 30 septembre 2002. France 3 a été condamnée à verser un euro symbolique au professeur Edan et au CHU de Rennes ainsi qu’à la publication du jugement.

Une violation grave des règles déontologiques
Le professeur Edan a saisi le comité de réflexion bioéthique de Rennes qui a prononcé l’avis suivant : « le comité de réflexion bioéthique de Rennes dénonce fermement la diffusion publique de propos tenus dans le cadre d’une conversation privée, comme participant à une sorte de viol de confiance. La diffusion contrevient gravement aux exigences de l’éthique et du respect des personnes (en l’occurrence, celle du médecin). Une information claire et une autorisation préalables sont nécessaires : elles doivent pouvoir être confirmées avant la diffusion. Le comité a considéré qu’il fallait absolument préserver la consultation et le colloque singulier des invasions médiatiques et éviter de nuire à la qualité des échanges entre médecins et patients ou familles de patients. Le règne de la suspicion envers des personnes inconnues, autres que le patient lui-même, risque de mener à l’échec de la confiance et à la perte de la confidence. La faculté de savoir rend chacun de nous dépositaire d’une responsabilité : celle de faire du savoir le fondement d’un bien. C’est là un souci éthique que les médecins et les patients souhaiteraient partager avec la presse. »

Le préjudice du médecin et de l’hôpital reconnu par le tribunal
Le tribunal dans sa décision du 30 septembre 2002 a confirmé le préjudice subi par le professeur Edan: le journaliste a, selon les termes du jugement « surpris la bonne foi du médecin, détournant toutes les règles déontologiques d’une profession et les principes fondamentaux de la démocratie sans que ce comportement puisse être justifié par un droit à l’information qui n’est aucune façon supérieur aux droits qui ont été bafoués : le secret médical, le respect de la vie privée, le respect de l’individu. »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Première greffe française de larynx : récit d’une performance lyonnaise

Pour la première fois en France, un larynx a été greffé sur une femme les 2 et 3 septembre dernier. Deux mois et demi après cette opération spectaculaire qui a mobilisé douze chirurgiens issus des Hospices Civils de Lyon et autres CHU français durant vingt-sept heures, le CHU lyonnais communique sur le sujet. Quant à la patiente âgée de 49 ans, elle pourrait retrouver durablement l’usage de la parole vingt ans après l’avoir perdue.

Etudes de Médecine : Romuald Blancard ou l’un des visages de l’ouverture du 2e cycle à la Réunion

Depuis septembre, il fait partie de la première promotion d’étudiants en médecine de quatrième année de La Réunion. Pour Réseau CHU, Romuald Blancard a accepté de nous parler de l’ouverture du deuxième cycle des études médicales sur son île, mais pas seulement. Son parcours atypique, son stage en psychiatrie, ses rêves jamais trop grands etc. ont été abordés dans les locaux du nouveau campus bioclimatique de Sainte-Terre. Sans langue de bois.

Le CHU de La Réunion a pris la vague rose

La seizième édition de la Run Odysséa Réunion s’est tenue les 4 et 5 novembre sur le site de l’Étang-salé, dans l’ouest de la Réunion, et ce malgré une météo capricieuse qui a bien failli compromettre l’opération. 275 000 euros ont été récoltés. Un succès auquel est associé le CHU de la Réunion, partenaire pour la première fois cette année, et dont le baptême de l’eau a été placé sous le signe de la prévention. Reportage.

A Nancy, l’Infiny au service des MICI

En juin 2021, l’Agence nationale de la recherche annonçait le financement de douze nouveaux Instituts hospitalo-universitaires, montant ainsi le nombre d’IHU à dix-neuf avec l’ambition de faire de la France la première nation souveraine en matière de santé à l’échelle européenne. Sur ces douze nouveaux établissements, deux d’entre eux ont obtenu, en raison de “intérêt de santé publique majeur” qu’ils présentaient, le label “IHU émergent ».” C’est notamment le cas de l’IHU INFINY du CHRU de Nancy, officiellement lancé le 7 septembre dernier, et spécialisé dans la prise en charge des MICI.