Cancer du sein: l’expertise du CHU de Brest reconnue

1er CHU de France à proposer le traitement du cancer du sein par radiothérapie peropératoire INTRABEAM® dès le mois de mai 2011, Brest a depuis traité une vingtaine de patientes. Fort de cette expertise, il a été sélectionné par l’Institut National contre le Cancer (INCA) pour définir la dosimétrie adaptée à cette prise en charge innovante et prometteuse.

1er CHU de France à proposer le traitement du cancer du sein par radiothérapie peropératoire INTRABEAM® dès le mois de mai 2011, Brest a depuis traité une vingtaine de patientes. Fort de cette expertise, il a été sélectionné par l’Institut National contre le Cancer (INCA) pour définir la dosimétrie adaptée à cette prise en charge innovante et prometteuse.
Le traitement par radiothérapie peropératoire permet de réduire très significativement la durée des soins. Une séance unique en fin d’intervention chirurgicale suffit quand il en fallait autrefois entre 25 à 30.

L’acquisition de cet équipement s’inscrit pleinement dans les orientations du Plan Stratégique Régional de Santé élaboré par l’ARS Bretagne et du plan Cancer. Sur la base de ces résultats encourageants et de l’expertise en radiothérapie peropératoire du CHRU de Brest, l’Institut National contre le Cancer (INCA) a accordé 200 000 € pour financer la définition et la mise en place de la dosimétrie adapté à l’INTRABEAM.
Parallèlement, des recherches sont menées pour développer l’usage de l’INTRABEAM dans d’autres localisations, dont les métastases vertébrales traitées par kyphoplastie. Cette utilisation ferait du CHRU de Brest le 1er centre en France et un le 2è en Europe à utiliser INTRABEAM dans ce cadre.
Le récent accord cadre public-privé conclu sur la cancérologie va faciliter l’accès à cette prise en charge d’une plus grande partie de la population de Bretagne Occidentale.
Avec Intrabeam, la radiothérapie est appliquée au moyen d’un accélérateur mobile à l’aspect d’une sphère fixée au bout d’un bras articulé. Posé dans le sein ouvert dès l’opération d’ablation de la tumeur, il irradie à haute dose
la zone concernée, limitant le plus tôt possible la propagation cancéreuse. L’irradiation se fait ainsi de l’intérieur, pour plus de précision. Le traitement s’effectue dans le bloc et dans le même temps opératoire, ce qui évite
d’avoir à transporter le patient dans une unité de radiothérapie.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.