Cancer : 2 robots chirurgicaux à vocation régionale installés à Orléans

Pour répondre à l'augmentation du nombre d'interventions en chirurgicales assistées par un robot, le CHR d’Orleans vient d'acquérir deux nouveaux robots chirurgicaux Da Vinci X. Il partagera ces équipements de 4ème génération avec les équipes chirurgicales d’autres établissements, publics comme privés, dans le cadre du GHT et du Groupement de coopération sanitaire, telles que La clinique de l’Archette à Olivet ou le centre hospitalier de Blois. Ils seront étreînés

Pour répondre à l’augmentation du nombre d’interventions en chirurgicales assistées par un robot, le CHR d’Orleans  vient d’acquérir deux nouveaux robots chirurgicaux Da Vinci X de 4ème génération. Un investissement de 2,1 millions € qu’il partagera avec les équipes chirurgicales d’autres établissements, publics comme privés, dans le cadre du Groupement hospitalier de territoire (GHT) et du Groupement de coopération sanitaire (GCS). 
Dès 2013, le CHR d’Orleans avait misé sur le développement de la chirurgie assistée par robot. Avec plus de 1 500 interventions à son actif, soit 300 de plus que prévu dans le projet médical initial, l’équipe chirurgicale pluridisciplinaire a dressé fin 2018 un bilan positif de cette chirurgie mini-invasive. A son actif, l’amélioration sensible de la qualité des soins, constatée sur l’ensemble des procédures pratiquées avec notamment une diminution des saignements, des douleurs et complications post opératoires et de la durée d’hospitalisation.
En 2019, le CHR d’Orléans fait le choix d’investir 2,1 M€ dans 2 robots Da Vinci X de dernière génération. Ils seront étrennés dès le mois de mars dans les spécialités suivantes : urologie, chirurgie digestive, thoracique et gynécologique – augmentant par là-même le nombre de patients bénéficiaires. De nouveaux domaines d’application sont à l’étude, l’ORL, chirurgie pédiatrique. Et toutes les équipes chirurgicales du nord de la région Centre-Val de Loire bénéficieront de cette expertise. En effet, si l’un des robots dernière génération vient remplacer le robot existant, le système robotique supplémentaire sera accessible aux équipes chirurgicales d’autres établissements, publics comme privés, dans le cadre du GHT bien-sûr mais également de GCS, telles que celles de La clinique de l’Archette à Olivet ou du centre hospitalier de Blois.
Outre l’amélioration sensible de la qualité des soins, constatée sur l’ensemble des procédures pratiquées (diminution des saignements, des douleurs et complications post opératoires et de la durée d’hospitalisation), l’utilisation du robot participe à l’évolution que connait l’activité chirurgicale du CHR d’Orléans. Cette transformation se traduit par le développement de la chirurgie ambulatoire, des programmes de récupération améliorée après chirurgie (RAAC), de la démarche patient debout… Le parcours patient est repensé en fonction d’un séjour d’hospitalisation le plus bref possible et dans le respect de sa dignité. 
Quant aux chirurgiens, ils apprécient les améliorations apportées à cet équipement high tech : une vision 3D HD amplifiée, une caméra plus ergonomique, un repérage précis des tumeurs par fluorescence, un agrafage plus performant, une console plus confortable. 

L’enseignement robotique, facteur d’attractivité pour le CHR d’Orléans
Epicentre européen de chirurgie robotique, le CHR contribuera non seulement à l’apprentissage des chirurgiens concernés mais également à la formation des IBODES grâce à la reproductibilité de son module d’enseignement robotique construit avec l’Institut de formation paramédicale d’Orléans.
Enfin, attirer les jeunes chirurgiens formés en fin de cursus à la pratique de la chirurgie robot-assistée est sans doute l’ultime objectif de cette stratégie volontaire, partagée par l’équipe chirurgicale et la direction générale, dans un contexte budgétaire tendu. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.