Cancers de l’œsophage, du pancréas, du foie… : Le service d’oncologie médicale de l’hôpital Edouard Herriot labellisé centre d’Excellence Européen

Le service d’oncologie médicale de l’hôpital Edouard Herriot a reçu la certification européenne de l'ENETS (European Neuroendocrine Tumor Society) comme centre d’excellence européen sur les tumeurs neuro-endocrines gastro-entéro-pancréatiques, lors du congrès annuel de la société européenne qui s’est tenu à Lisbonne, les 10 et 11 mars derniers.

Le service d’oncologie médicale de l’hôpital Edouard Herriot a reçu la certification européenne de l’ENETS (European Neuroendocrine Tumor Society) comme centre d’excellence européen sur les tumeurs neuro-endocrines1 gastro-entéro-pancréatiques, lors du congrès annuel de la société européenne qui s’est tenu à Lisbonne, les 10 et 11 mars derniers.

Le rayonnement européen du service conforté

Cette distinction vécue comme une reconnaissance de l’expertise du service en termes de recrutement, de diagnostic, d’amélioration de la prise en charge thérapeutique, d’implication dans la recherche clinique et d’information des médecins sur cette pathologie rare des tumeurs endocrines digestives. L’expertise du service d’oncologie médicale résulte d’une collaboration étroite et structurée au sein d’un réseau multidisciplinaire développé au CHU de Lyon (anatomopathologie, oncologie, chirurgie digestive, gastroentérologie, endocrinologie, radiologie, génétique, médecine nucléaire) et bénéficie de l’interface avec une équipe de recherche labellisée, centrée sur cette thématique.

A l’hôpital Edouard Herriot, les patients rhônalpins ont désormais l’assurance de bénéficier des meilleurs standards de prise en charge multidisciplinaire, de toutes les avancées dans ce domaine et d’un accès facilité aux protocoles diagnostiques ou thérapeutiques innovants développés dans le cadre du réseau européen.

 
Un centre d’expertise clinique national

Le service d’oncologie médicale de l’hôpital Edouard Herriot partageait déjà, avec la fédération d’Endocrinologie du Groupement Hospitalier Est, la responsabilité du centre de compétence régional Rhône-Alpes, dans le cadre du réseau national RENATEN2, validé par l’Institut National du Cancer en 2009. Le réseau RENATEN structure la filière de soins pour les patients atteints de tumeurs endocrines à travers le développement d’un maillage d’équipes spécialisées sur l’ensemble du territoire. Il s’attache également à développer la recherche clinique, à faciliter l’accès aux thérapeutiques innovantes. Enfin, il participe à la veille épidémiologique et à l’information des patients.

Le réseau RENATEN fonctionne en étroite synergie avec le réseau national TENpath3, labellisé par l’Inca et coordonné par un Lyonnais, le Pr Jean-Yves Scoazec, pour améliorer le diagnostic anatomopathologique de ces tumeurs rares qui requièrent une expertise toute particulière. Cette action concertée permet une amélioration de la prise en charge des malades. Concrètement, lorsqu’un cas de tumeur neuro-endocrine est suspecté, les médecins de la région Rhône-Alpes ont la possibilité de présenter le dossier de leur patient ou de référer celui-ci en cas de besoin, au centre de compétence du CHU de Lyon.
Des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire (RCP) inter-régionales de recours sont organisées, à Lyon, 2 fois par mois, au cours de laquelle les experts (hépatogastroentérologues, anatomopathologistes, oncologues, endocrinologues, chirurgiens, radiologues, médecins nucléaires, biochimistes, généticiens et chercheurs) émettent un avis diagnostique ou thérapeutique pour chaque cas présenté. Les cas nécessitant un traitement complexe ou pouvant bénéficier d’un essai thérapeutique peuvent être traités directement par les centres experts. Le centre de compétence de l’hôpital Edouard Herriot est spécialisé dans les tumeurs endocrines digestives et accueille ainsi plus de 200 patients porteurs de cette pathologie par an, et 130 nouveaux patients chaque année.
1- Les tumeurs endocrines sont des tumeurs rares qui touchent une à trois nouvelles personnes sur 100 000 par an, en France.
2- RENATEN : Réseau national de prise en charge des tumeurs (neuro-)endocrines malignes rares sporadiques et héréditaires. Ce réseau s’intègre dans le plan Cancer national. Il a été créé sous l’égide du Groupe d’Etude des Tumeurs Endocrines à l’initiative de l’INCa, en 2007.
3- TENPATH : Réseau National de référence anatomopathologique de prise en charge des Tumeurs neuro-Endocrines Malignes Rares Sporadiques et Héréditaires
Contact presse – Hospices Civils de Lyon :
Laure Bellegou : 04 72 40 74 48
Laure.bellegou@chu-lyon.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.