Nantes s’équipe pour une chirurgie réfractive et cornéenne de pointe

Avec deux nouveaux lasers, Excimer et femtoseconde, le service d’ophtalmologie disposera prochainement d’un plateau complet pour la chirurgie réfractive et les greffes de cornée.

Avec deux nouveaux lasers, Excimer et femtoseconde, le service d’ophtalmologie disposera prochainement d’un plateau complet pour la chirurgie réfractive et les greffes de cornée.
Depuis début 2015, le service d’ophtalmologie utilise un nouveau laser de type «femtoseconde» qui permet de réaliser dans des conditions optimales les interventions de chirurgie réfractive (traitement de la myopie, de l’hypermétropie, de l’astigmatisme et de certaines presbyties) ainsi que des chirurgies cornéennes comme des greffes de cornée ou l’implantation d’anneaux intracornée (dans le kératocone).
Pour une chirurgie personnalisée
«Cet appareil affine la personnalisation du traitement par le réglage de nombreux paramètres tenant compte des petites particularités de chaque cornée, expliquent les Drs Bertrand Vabres et Isabelle Orignac, spécialistes de la chirurgie réfractive et cornéenne. C’est un gage supplémentaire de sécurité car la reprise chirurgicale est simplifiée en cas de complications – qui restent très rares.»
L’appareil Femto LDVZ6 fait l’objet d’un contrat d’utilisation et de maintenance par la société Medicare HTM, incluant la présence d’un technicien ingénieur qui se charge de régler l’appareil en fonction des paramètres déterminés à l’examen préalable. Il est utilisé au CHU trois demi journées par mois dans un premier temps.
Un équipement de pointe pour la chirurgie réfractive
Ce nouvel équipement complète un plateau de chirurgie réfractive qui sera prochainement amélioré par un laser Excimer de dernière génération. «Nous serons alors à même de proposer à nos patients de bénéficier, quelle que soit l’intervention, de la technologie la plus récente», s’enthousiasment les praticiens.
La chirurgie réfractive concerne les personnes dont la vue est stabilisée depuis au moins deux ans. Le délai d’obtention d’un rendez-vous pour une première consultation est généralement rapide mais cette consultation dure une heure trente car un examen minutieux et complet est nécessaire pour déterminer la faisabilité d’une intervention. Après un délai de réflexion, l’intervention
est programmée dans les six mois, selon les disponibilités du patient. Elle ne donne pas lieu à un arrêt de travail et la réhabilitation est généralement rapide dans les jours qui suivent.
Tarif: de 630 € à 980 € par oeil
Une intervention de chirurgie réfractive au laser est facturée, selon l’appareil utilisé, de 630 € à 980 € par oeil, de 1 130 € à 1 830 € pour les deux yeux. Ce tarif inclut bilan, intervention et cinq suivis pendant six mois. Certaines mutuelles prennent en charge tout ou partie du forfait.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’obésité

Elle concerne 17% des adultes en France, a des origines multiples et peut entraîner de nombreuses complications – cardiovasculaires, hépatiques, rénales, respiratoires, dermatologiques, cancers, diabète – : cette maladie, c’est l’obésité. Alors que la journée mondiale le l’obésité a eu lieu le le 4 mars, la rédaction a souhaité lui consacrer un dossier.

CHU de la Réunion, se préparer au cyclone

Au cours de la nuit du 20 au 21 février dernier, l’île de la Réunion a évité le choc qu’aurait pu causer le cyclone baptisé Freddy, finalement passé à environ 190 km de ses côtes. Face à l’alerte orange, le CHU de la Réunion a lancé son plan cyclone pour anticiper les conséquences d’une potentielle catastrophe. Retour sur les mesures mises en place.

MARADJA, une décennie à accompagner les jeunes atteints de cancers

En France, environ neuf cent adolescents (15-18 ans) et mille quatre cent jeunes adultes (18-25 ans) sont touchés chaque année par le cancer. Au CHU de Bordeaux, un lieu particulier leur est destiné, MARADJA (Maison Aquitaine Ressources pour Adolescents et Jeunes Adultes), qui fête ses dix ans. Nous y avons rencontré Lucile Auguin, traitée à vingt-trois ans pour une leucémie aiguë.

Lactarium Raymond Fourcade, la page se tourne à Bordeaux

Le 5 décembre dernier, sur le site de l’hôpital Haut-Lévêque (Pessac), était posée la première pierre du futur Lactarium Raymond Fourcade. Le projet qui sera livré l’an prochain, 1200 m2 de bâti neuf doté d’équipements dernier cri, doit venir “conforter la place du CHU de Bordeaux comme le plus important lactarium au niveau national” ; et prendre le relais de l’actuel site de production basé à Marmande (Lot-et-Garonne), en fonctionnement depuis près d’un demi-siècle et que le CHU avait acquis en 2012.