Coeur artificiel CARMAT : l’essai suspendu après le décès du 5e patient greffé

Fin novembre 2016, Carmat, le groupe de biotechnologie concepteur et développeur du cœur artificiel total, annonçait le décès du 5ème patient greffé, 1 mois et demi après la transplantation. L'ANSM a demandé la suspension des essais.
Fin novembre 2016, Carmat, le groupe de biotechnologie concepteur et développeur du cœur artificiel total, annonçait le décès du 5ème patient greffé, 1 mois et demi après la transplantation. 
La prothèse n’est pas impliquée dans le décès assure le groupe cependant les essais conduits dans le cadre de l’étude pivot ont été suspendus à la demande de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Les investigations sont en cours et la reprise de nouvelles implantations dépend de leurs conclusions. Le Cœur Carmat est le symbole du talent et de l’innovation françaises et de la réussite des partenariats public-privé. A ce titre, les essais conduits concentrent toute l’attention des médias et du public.
Dans un article du 1er décembre, le Figaro rappelle que le premier patient greffé en décembre 2013, était décédé 74 jours après l’opération menée à Paris, à l’âge de 76 ans. Le 2e, âgé de 69 ans détient le record de longévité avec le Coeur Carmat. Décédé en mai 2015, il aura vécu neuf mois après avoir été greffé à Nantes en 2014. Le 3e patient de 74 ans est subitement mort d’un arrêt respiratoire le 18 décembre 2015. Il aura vécu 8 mois et 10 jours avec le Cœur Carmat. Le 4e patient, âgé de 58 ans était décédé de complications médicales, liées à son état critique pré et post opératoire, en janvier 2016.
Marie-Georges Fayn

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.