Confirmation de la note « AA » attribuée à la dette long terme de l’AP-HP

Assistance Publique • Hôpitaux de Paris
Les agences de notation Standard & Poor’s et Fitch ont confirmé la note « AA » attribuée à la dette long terme de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris dans la continuité de la notation 2017.
Les agences de notation Standard & Poor’s et Fitch ont confirmé la note « AA » attribuée à la dette long terme de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris dans la continuité de la notation 2017. 
L’AP-HP continue de faire l’objet d’une notation alignée sur celle de l’Etat compte tenu des liens étroits entre l’Etat et l’AP-HP, centre hospitalier universitaire à dimension européenne mondialement reconnu.
Le contrôle étroit exercé par l’Etat, dans le cadre de la double tutelle spécifique à l’AP-HP exercée par les ministres chargés de la santé et du budget en complément de la tutelle de l’Agence régionale de santé (ARS), limite le risque de défaillance financière. Même en l’absence de garantie explicite de l’Etat aux emprunts levés par l’AP-HP, les agences considèrent que celui-ci est responsable en dernier ressort de la solvabilité de l’Institution.
Le fort accès de l’AP-HP aux marchés financiers internationaux, et l’existence de sources de financement diversifiées, sont également soulignés par Standard & Poor’s.
Les agences de notation ont commenté la situation financière 2017 de l’AP-HP en matière de baisse de la capacité d’auto-financement et d’augmentation de la dette. Toutefois, elles anticipent une amélioration graduelle de la marge opérationnelle et de l’autofinancement de l’AP-HP grâce au plan ambitieux de transformation qui permettra d’optimiser les recettes et de maîtriser fortement l’évolution de ses dépenses.
La note du programme d’Euro Medium Term Notes (EMTN) – pour les émissions obligataires – de 2Md€ est également confirmée à AA par Standard & Poor’s et Fitch, de même que les notes attribuées au programme de titre négociables à court-terme de l’AP-HP (A-1+ pour Standard & Poor’s, F1+ pour Fitch).
L’AP-HP est en effet le premier établissement public de santé à s’être engagé, en janvier 2016 et pour un montant plafond de 300M€, dans l’émission de NEU-CP (ex Billets de Trésorerie), afin d’optimiser son financement de court terme. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.