Des galettes hyper protéinées niçoises au secours des mineurs chiliens

Galettes hyper protéinées, une innovation niçoiseLe Pr Isabelle Précheur, chercheuse niçoise, chirurgien-dentiste, PU-PH au CHU de Nice, en collaboration avec Solidages une start up de Sophia Antipolis (www.solidages.com), a créé une galette hyper protidique et hyper énergétique pour lutter contre la dénutrition des seniors. Sa taille et sa composition répondent idéalement aux besoins nutritionnels des mineurs chiliens qui vont recevoir une demi-tonne de ces précieux compléments alimentaires. Leur fabrication et leur livraison ont donné lieu à un formidable élan de générosité.
Galettes hyper protéinées, une innovation niçoiseLe Pr Isabelle Précheur, chercheuse niçoise, chirurgien-dentiste, PU-PH au CHU de Nice, en collaboration avec Solidages une start up de Sophia Antipolis (www.solidages.com), a créé une galette hyper protidique et hyper énergétique pour lutter contre la dénutrition des seniors. Sa taille et sa composition répondent idéalement aux besoins nutritionnels des mineurs chiliens qui vont recevoir une demi-tonne de ces précieux compléments alimentaires. Leur fabrication et leur livraison ont donné lieu à un formidable élan de générosité.

Une galette au beurre de 5 cm de diamètre et bourrée de protéines, soit 20 % au lieu de 8 % pour les galettes ordinaires, telle est l’innovation proposée par l’équipe de chercheurs niçois. Chaque galette pèse 6 g, contient 1,25 g de protéines et apporte 28 kilocalories. Huit galettes par jour apportent 10 g de protéines. La particularité des galettes Protibis® est leur texture spécialement conçue pour les personnes dénutries ayant des problèmes dentaires : elles peuvent être mangées facilement par les personnes édentées ou ayant un mauvais état bucco-dentaire.

La relation avec les besoins des mineurs bloqués depuis le 5 août dans une mine à 700 mètres de profondeur est immédiate. En effet, ils reçoivent leur nourriture par un tuyau de 6 cm de diamètre connecté à la surface. Une telle situation pose un problème médical majeur pour leur nutrition, avec des besoins protéino-énergétiques accrus. De plus, en raison du manque d’hygiène leurs dents commencent à bouger et ils ont du mal à manger.

Pour lutter contre leur dénutrition, le Dr Juan Kehr, directeur de l’hôpital San Juan de Dios à Santiago du Chili et responsable des soins médicaux des 33 mineurs bloqués, est venu chercher une solution au congrès international de nutrition clinique de l’European Society for Clinical Nutrition and Metabolism (ESPEN), qui s’est tenu à Nice début septembre. A cette occasion il a rencontré le Pr Isabelle Prêcheur.

Le Dr Kehr a trouvé que ces petites galettes correspondaient parfaitement aux besoins nutritionnels des mineurs et aux contraintes liées à l’accident dans la mine. C’est ainsi qu’une opération d’aide a été organisée par l’Université de Nice Sophia Antipolis (UNS), l’ESPEN, la Ville de Nice et la Société Solidages (le fabricant des galettes). Le but : livrer une demi-tonne de galettes aux mineurs.

Le projet a été présenté à la Mairie de Nice en présence du Président de l’UNS Albert Marouani, du doyen de la faculté de Médecine, le Pr Daniel Benchimol, des représentants de l’ESPEN, du Pr Isabelle Prêcheur et de M. Cyril Sablayrolles Président de Solidages (www.solidages.com).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.