Devenez acteur de la prévention et l’éducation en santé avec l’enseignement de Brest

Former des animateurs, des chargés de projet en prévention primaire* ayant la capacité d'agir avec des professionnels pour empêcher ou retarder l’apparition d’une maladie ou d’un problème de santé. Tel est l'enjeu du nouveau diplôme universitaire « Éducation Sanitaire du Citoyen » créé par la Faculté de Médecine de Brest, Samu 29, le CHU de Brest, l'Université de Bretagne Occidentale (UBO).
Former des animateurs et des chargés de projet en prévention primaire* ayant la capacité d’agir avec des professionnels pour empêcher ou retarder l’apparition d’une maladie ou d’un problème de santé. Tel est l’enjeu du nouveau diplôme universitaire « Éducation Sanitaire du Citoyen » créé par la Faculté de Médecine de Brest, Samu 29, le CHU de Brest, l’Université de Bretagne Occidentale (UBO).
Durant son cursus, l’étudiant sera initié à la maîtrise des fondamentaux de la prévention, à savoir la connaissance des déterminants qui influencent la qualité de notre environnement à savoir, la pollution, la santé au travail… et nos habitudes de vie, comme la consommation de tabac, d’alcool, de produits illicites…. Il apprendra aussi les facteurs de risques qui favorisent l’apparition de pathologies avec un focus sur les maladies cardio-vasculaires, les cancers… 

La formation en trois questions

Quels sont les publics concernés ?
Tous les acteurs de la prévention, professionnels ou citoyens, en formation continue ou initiale : enseignants, formateurs et éducateur, agents des organismes d’Assurance Maladie et Mutuelles, responsables d’entreprise et employés (DRH, membres CHSCT)… et tout citoyen intéressé cette thématique.
Quel est l’enjeu de cette formation en prévention primaire ?
Il s’agit de former à la prévention à l’éducation à la santé des chargés de projet en prévention primaire et des animateurs qui vont intervenir au sein d’institutions privées et publiques (éducation nationale, entreprises, collectivités territoriales, agences régionales de santé, associations)….
Quel est le contenu de la formation ?
Sont enseignés les déterminants de la santé et les facteurs de risques, les différents niveaux de prévention, les stratégies de la promotion de la santé, la pédagogie en éducation pour la santé, les éléments économiques d’une politique de prévention en santé dans un projet d’éducation à la santé ainsi que les gestes de premiers secours.

Renseignements pratiques

Durée et dates
Début de la formation. Le 19 décembre 2017 (accueil et présentations). Fin de la formation. Le 12 juin 2018.  
Formation sur une journée bimensuelle de janvier à juin 2018.
Soutenance du mémoire : octobre ou novembre 2018
Enseignement théorique + un TP pour la Formation « Aux gestes qui sauvent » :  90 heures.
Programme
F1 : La santé. F2-F3 : Les déterminants de la santé (facteurs environnementaux, facteurs comportements, activité physique et nutrition, vie sexuelle et affective, vaccinations et dépistage). F3-F4 : Facteurs de risques modifiables (tabac, alcool, produits illicites, obésité). F5-F6 : Prévention ciblée (risques cardio-vasculaires, neurologiques, rhumatologiques, cancérologiques). F7 : Les gestes qui sauvent. F8 : Economie de la santé. F9 : Les thérapies cognitivo-comportementales. F10 : Education thérapeutique du patient. F11 : Les points forts et avenir et enjeux de l’éducation en santé.
Condition de validation du diplôme : assiduité aux enseignements & Validation des examens écrit et oral.
Responsables : Noureddine CHAHIR, Yannick GUILLODO, Christian BERTHOU
Modalités de dépôt de candidature
Documents à faire parvenir au secrétariat pédagogique : CV actualisé + lettre de motivation. 
Frais d’inscription 
Tarif individuel: 350 euros
Pour tout renseignement contacter 
Le secrétariat pédagogique, Pôle de formation continue en santé.
SUFCAUFR Médecine et des Sciences de la Santé
22, avenue Camille Desmoulins. CS 93 837
29 238. BREST Cedex 3
T + 33 (0)2 98 01 73 26
* «La prévention primaire est définie comme l’ensemble des actes destinés à diminuer l’incidence d’une maladie, donc à réduire l’apparition des nouveaux cas ou à en retarder l’âge de début» (Organisation Mondiale de la Santé, 1948).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.