Dignité, respect : au service infirmier de soins d’urgence palliative

ouvert en mars 2002 et après une interruption de six mois, le SISUP reprend ses activités pour une durée de neuf mois. Ce projet hospitalier de recherche clinique a pour objectif de favoriser le maintien à domicile de patients en fin de vie, présentant une complication aigüe, en accord avec ces derniers et leur famille.

Ouvert en mars 2002 et après une interruption de six mois, le SISUP reprend ses activités pour une durée de neuf mois. Ce projet hospitalier de recherche clinique a pour objectif de favoriser le maintien à domicile de patients en fin de vie, présentant une complication aigüe, en accord avec ces derniers et leur famille. Dans le cadre de l’urgence, ce service propose une alternative à l’hospitalisation ou en recule l’échéance.

Le SISUP intervient 7 jours sur 7, 24h/24. Son champ d’action s’étend sur une zone de 30 kms, autour de Nice, jusqu’à la frontière monégasque.

L’équipe d’intervention est dépêchée par le Centre 15. Elle se compose d’un bénévole de la Croix-Rouge, d’un infirmier détaché par le CHU travaillant en collaboration avec médecin détaché au domicile (Samu, SOS médecin, généraliste…). L’équipe offre au patient en situation d’urgence, des soins ainsi qu’une surveillance jusqu’à l’amélioration de son état ou son décès. Elle accompagne le malade et son entourage en leur prodiguant écoute, réconfort et conseils.
Le SISUP travaille en collaboration avec les soignants habituels du patient en leur fournissant les transmissions concernant l’intervention. Le responsable de l’unité est le Dr Ciais (04 93 62 82 51). Mme Abatte, responsable à la croix rouge accueille les bénévoles au 06 64 04 26 51.

La mort fait partie de la vie au même titre que la naissance. Dès lors, ne devons-nous pas nous interroger sur la nécessité d’apporter un accompagnement empreint de valeurs telles la dignité, le respect, la discrétion ?

En conséquence, les membres du SISUP s’engagent à assurer un accompagnement adapté et personnalisé.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.