« Eclatez-vous sans éclatez les préservatifs ! »

La période estivale et les voyages étant propices aux relations sexuelles imprévues, le Centre d'Information de Dépistage et Diagnostic des Infections Sexuellement Transmissibles (CIDDIST) de Bretagne Occidentale lance une campagne d'affichage «Eclatez-vous – ne les éclatez pas (les préservatifs) !» Objectif : inciter au respect des mesures de protection contre les infections sexuellement transmissibles. En effet, les services médicaux déplorent la recrudescence d'infections telles que la syphilis, l'apparition de résistance de certaines bactéries aux antibiotiques, de nouvelles contaminations par le VIH et l'émergence de nouvelles maladies comme la lymphogranulomatose vénérienne.

La période estivale et les voyages étant propices aux relations sexuelles imprévues, le Centre d’Information de Dépistage et Diagnostic des Infections Sexuellement Transmissibles (CIDDIST) de Bretagne Occidentale lance une campagne d’affichage «Eclatez-vous – ne les éclatez pas (les préservatifs) !»

Objectif : inciter au respect des mesures de protection contre les infections sexuellement transmissibles. En effet, les services médicaux déplorent la recrudescence d’infections telles que la syphilis, l’apparition de résistance de certaines bactéries aux antibiotiques, de nouvelles contaminations par le VIH et l’émergence de nouvelles maladies comme la lymphogranulomatose vénérienne. Le retour de ces maladies est dû à un relâchement de la prévention alors même que la Haute Autorité de Santé souligne la pertinence d’un dépistage de Chlamydia trachomatis, l’infection sexuellement transmissible la plus fréquente, le plus souvent asymptomatique mais qui peut avoir des conséquences dramatiques et notamment rendre les femmes stériles.

Le Centre d’Information de Dépistage et Diagnostic des Infections Sexuellement Transmissibles
Créé en novembre 2007 avec l’appui de la DDASS et coordonné par le CHU de Brest, le CIDDIST encourage la prévention, le dépistage et le traitement des maladies sexuellement transmissibles : infections à VIH, à virus de l’hépatite B et C, à Chlamydia trachomatis, syphilis…. Pour les dépister, les brestois sont attendus sur les sites de Morvan et de la Cavale Blanche. Les professionnels rappellent que toutes ces pathologies bénéficient d’une prise en charge efficace.

Un réseau de prévention
Aujourd’hui, plusieurs structures relaient l’information et assurent le dépistage : les Centres de Planification et d’Education Familiale (Carhaix, Landerneau, Morlaix…), les points de santé (Point H à Brest, Point S à Morlaix…), la Maison d’Arrêt, la médecine Universitaire, la Maison de l’Adolescence… sont prévues dans le cadre d’un réseau spécifique.

Plus d’informations sur les horaires et lieux de dépistages : www.chu-brest.fr
rubrique service, puis dans menu déroulant service : CIDDIST.

Contact : CIDDIST – Tél. 02-98-14-50-66 ou 02-98-34-73-74
href= »mailto:yann.quintric@chu-brest.fr »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.