Engagement et solidarité bretonnes : Nominoë distingué

Le Fonds Nominoë-CHU de Rennes reçoit le Prix des Dîners Celtiques 2016. "La Bretagne et ceux qui la font" apportent leur soutien à la noble cause des patients portée par Nominoë. Avec le soutien de généreux donateurs et de mécènes, le fonds, créé par le CHU de Rennes finance les projets innovants en cancer, maladies dégénératives, maladies génétiques… et l’achat d’équipements de confort non financés par l’assurance maladie. L’association des Dîners Celtiques reconnait dans le succès de cette oeuvre, la manifestation concrète de l’attachement que les Bretons portent à leur hôpital et un engagement structurant pour l’avenir du territoire.
Le Fonds Nominoë-CHU de Rennes reçoit le Prix des Dîners Celtiques 2016. "La Bretagne et ceux qui la font" apportent leur soutien à la noble cause des patients portée par Nominoë. Avec le soutien de généreux donateurs et de mécènes, le fonds, créé par le CHU de Rennes finance les projets innovants en cancer, maladies dégénératives, maladies génétiques… et l’achat d’équipements de confort non financés par l’assurance maladie. L’association des Dîners Celtiques reconnait dans le succès de cette oeuvre, la manifestation concrète de l’attachement que les Bretons portent à leur hôpital et un engagement structurant pour l’avenir du territoire.
«Cette distinction nous touche tout particulièrement parce qu’elle représente la reconnaissance de ceux qui œuvrent pour la Bretagne, et qui l’aiment. Elle illustre l’esprit breton et la générosité de ceux qui vont résolument de l’avant. Ce prix nous touche aussi parce qu’il est un véritable encouragement pour les 8 500 salariés du CHU de Rennes qui contribuent, chaque jour, à sauver des vies et à rendre la santé à des centaines de patients » a déclaré Véronique Anatole-Touzet, Présidente du Fonds Nominoë et Directrice Générale du CHU de Rennes
Une force au service de la Bretagne
Relancés en 2006 après un siècle d’oubli, les dîners celtiques constituent une force au service de la Bretagne. Dans le cadre de son action, elle remet chaque année depuis 2013 un prix récompensant une action majeure conduite en Bretagne dans l’année écoulée ou un projet structurant pour l’avenir de la région. Le jury est composé de membres administrateurs de l’association des Dîners Celtiques. Ils sélectionnent le lauréat parmi la dizaine de projets présentés tout au long de l’année lors des dîners. Yannick Le Bourdonnec, Président de l’Association, explique : « Nominoë a retenu l’attention du jury parce qu’il illustre l’engagement et la solidarité des acteurs d’un territoire qui est cher à notre cœur en faveur d’une cause importante pour tous, la santé. »
Humanisme, générosité et innovation
En 2 ans, grâce à la générosité de 600 mécènes et donateurs, deux projets, très utiles pour les patients et l’innovation en santé ont été financés : la rénovation des Maisons des Parents pour accueillir les familles d’enfants hospitalisés et la construction d’une biobanque, opérationnelle depuis novembre dernier, pour mieux comprendre les déterminants des maladies et élaborer les traitements spécifiques à chaque patient.
Pour l’avenir, de nouveaux projets à forte valeur ajoutée pour les patients sont mis au rang des priorités, en particulier l’acquisition d’un TEP-IRM, imagerie de dernière génération, pour diagnostiquer plus vite et mieux les cancers et les maladies dégénératives et le développement de la télémédecine pour améliorer la prise en charge des patients sur l’ensemble du territoire. Au-delà des projets financés, Nominoë a permis de créer des passerelles vertueuses entre le monde de l’entreprise et le monde de la santé… en particulier avec l’agroalimentaire.
A propos des Dîners celtiques
Relancés en 2006 après un siècle d’oubli, Les Dîners Celtiques sont représentés par une association depuis mai 2009. Ils ont pour vocation de réunir des individus ayant comme lien et sujet les rassemblant : la Bretagne et ceux qui la font. Leur but ultime est de participer à l’amélioration de l’image de la Bretagne, de sa culture comme de son économie, et de rassembler ceux qui y contribuent. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.