Grossesse : naissance du centre de dépistage de Tours

Le Centre de dépistage des risques au premier trimestre de la grossesse, PReGnanT.SEE*, ouvrira ses portes lundi 4 mai 2015 au sein de la maternité Olympe de Gouges du CHRU de Tours. Véritable innovation en matière de soins, recherche et formation, l’ouverture de PReGnanT.SEE renforce la place de leader du CHRU de Tours dans l’organisation de la santé périnatale et l’amélioration des soins.

Le Centre de dépistage des risques au premier trimestre de la grossesse, PReGnanT.SEE*, ouvrira ses portes lundi 4 mai 2015 au sein de la maternité Olympe de Gouges du CHRU de Tours. Véritable innovation en matière de soins, recherche et formation, l’ouverture de PReGnanT.SEE renforce la place de leader du CHRU de Tours dans l’organisation de la santé périnatale et l’amélioration des soins.

En France il n’existe qu’un autre centre de ce type au service Maternité de l’Hôpital Necker. Seront accueillies toutes les futures mères, afin d’identifier si elles présentent des grossesses à risque : prématurité, pathologies maternelles, pré-éclampsie, malformations fœtales, hémorragies, infections materno-fœtales, anomalies chromosomiques mais aussi addiction. Des complications qui concernent 15% des parturientes, soit sur la région tourangelle environ 1 000 femmes par an.

En identifiant au plus tôt le risque que peut présenter leur grossesse, au cours d’un bilan réalisé au centre PReGnanT.SEE sur le premier trimestre, les patientes ont l’assurance de disposer d’un accompagnement adapté, essentiel au bon déroulement de leur maternité. Ainsi, en cas de risque faible (70 % des grossesses), les futures mères seront suivies par la sage-femme, le médecin traitant et le gynécologue-obstétricien. En cas de risque intermédiaire (15 % des grossesses), la surveillance se fera de manière conjointe par la sage-femme, le médecin traitant ou le gynécologue-obstétricien et par un médecin de l’équipe obstétricale du CHRU. Pour tout risque élevé (15 % des grossesses), la surveillance sera assurée tout au long de la grossesse par un spécialiste du CHRU. Les niveaux -faible, intermédiaire ou élevé- sont déterminés en fonction d’un seuil de risque de prématurité, pathologies maternelles, pré-éclampsie…. 80 à 90 % des femmes qui feront une complication se situent dans les catégories "grossesse à risque intermédiaire" et "grossesse à risque élevé.

PReGnanT.SEE mode d’emploi

A quel moment une femme enceinte doit-elle prendre rendez-vous ?
Elle doit appeler dès le début de sa grossesse pour fixer la date du rendez-vous qui devra avoir lieu entre 11 et 14 semaines d’aménorrhée.
La déclaration de grossesse sera-t-elle faite au cours de la venue à PreGnanT.SEE ?
Non, elle sera réalisée par le professionnel de santé qui assurera le suivi ultérieur de la grossesse.
L’évaluation est-elle prise en charge par la sécurité sociale ?
Oui, tous les examens réalisés sont pris en charge et remboursés par la sécurité sociale.
La femme enceinte peut-elle faire cette évaluation si elle ne souhaite pas accoucher à la maternité du CHRU de Tours ?
Oui, cette évaluation initiale a pour but d’orienter au mieux son parcours de santé. Elle laisse donc libre choix du praticien et du lieu d’accouchement. PreGnanT.SEE s’engage à transmettre les résultats de cette évaluation pour une prise en charge optimale.
Faut-il venir à jeun pour ce bilan ?
Non.
Quels sont les examens pratiqués ?
L’évaluation initiale comprend trois examens : une échographie, une prise de sang, un examen clinique
Combien de temps faut-il prévoir ?
Il faut compter 3 heures pour la réalisation des différents examens. Une évaluation initiale sera rendue au terme de la matinée, à la lumière des premiers résultats. Le résultat est commenté en consultation. Un rapport est remis et expliqué à la patiente, ainsi qu’un exemplaire pour le praticien ou la sage-femme qui suivra la grossesse.
Dès réception des résultats complets des examens, un rendez-vous sera fixé, si le risque initialement annoncé se voit modifié.

Cette évaluation initiale, rassurante dans la très grande majorité des cas, permet une orientation vers le professionnel du choix de la patiente (sage-femme, médecin généraliste, gynécologue).

En cas de mise en évidence d’un risque augmenté de pathologie, la patiente sera adressée vers un professionnel de santé et une structure spécialisée adaptés. Les mesures nécessaires à la prévention de l’apparition des complications pourront alors être mises en place.

« PReGnanT.SEE rassemble une équipe pluridisciplinaire composée de médecins (gynécologues-obstétriciens, pédiatres, anesthésistes), sages-femmes, psychologues, conseillers en génétique, assistantes sociales et secrétaires », explique le Professeur Franck Perrotin, Chef de service Gynécologie Obstétrique B, à l’origine de la création du centre.

La mission de PReGnanT.SEE
– Évaluer les différents risques concernant la grossesse dès le premier trimestre, afin d’adapter au plus juste le parcours de santé de la patiente et prévenir l’apparition d’éventuelles complications la concernant ou concernant le foetus.
– Collecter des données à large échelle, afin de faire avancer les connaissances scientifiques concernant ces risques au sein d’un centre de Recherche et d’Enseignement.

« Des structures identiques existent en Europe et aux États-Unis. Les procédures d’évaluation du risque utilisées dans ces différentes structures sont issues de travaux scientifiques effectués dans le monde entier. Elles sont soumises à réévaluations permanentes et sont amenées à évoluer avec les progrès des connaissances », explique le Professeur Franck Perrotin.
 
*Prévention des Risques de la Grossesse dès le premier Trimestre – Sécurisation Et Evaluation

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.