Hospitaliers : leur qualité de vie au travail auscultée par Sham

Une satisfaction au travail globalement moyenne qui pèse sur l’absentéisme. Tel est l’enseignement majeur des enquêtes conduites auprès des professionnels de santé, sociaux et médico-sociaux par Sham, société mutuelle spécialisée dans l’assurance et le management des risques à l'hôpital à l’appui des données et de l’expertise des sociétés du Groupe, Sofaxis et Neeria. Les résultats de ces études montrent combien il est important de préparer et d’accompagner les changements qui impactent les processus décisionnels et les pratiques de soins. Cet éclairage intervient alors qu’une réforme profonde de l’organisation des soins se met en place avec les Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT) et qu’une autre se profile en septembre et alors même que la ministre de la Santé vient d'installer l'Observatoire national de la QVT, le 2 juillet dernier.

Une satisfaction au travail globalement moyenne qui pèse sur l’absentéisme. Tel est l’enseignement majeur des enquêtes conduites auprès des professionnels de santé, sociaux et médico-sociaux par Sham, société mutuelle spécialisée dans l’assurance et le management des risques à l’hôpital à l’appui des données et de l’expertise des sociétés du Groupe, Sofaxis et Neeria. Les résultats de ces études montrent combien il est important de préparer et d’accompagner les changements qui impactent les processus décisionnels et les pratiques de soins. Cet éclairage intervient alors qu’une réforme profonde de l’organisation des soins se met en place avec les Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT) et qu’une autre se profile en septembre et alors même que la ministre de la Santé vient d’installer l’Observatoire national de la QVT, le 2 juillet dernier. 
Toute transformation en profondeur du système de santé est génératrice d’incertitude et peut déstabiliser des équipes déjà confrontées à une pénurie de personnels et à une activité croissante. Ce besoin d’accompagnement se retrouve du reste dans les attentes exprimées par les directrices et directeurs d’hôpital. Interrogés par leur association (ADH) sur le déploiement des GHT, les managers hospitaliers ont également fait part de leur inquiétude quant à l’évolution de leur métier. 

Une qualité de vie (QVT) au travail jugée « moyenne »

L’étude Sham révèle que la satisfaction globale des agents hospitaliers et professionnels du médico-social sur leur qualité de vie au travail reste moyenne avec une note de 5,3 sur 10 (vs 6,1 dans la fonction publique territoriale). Cette appréciation est un composite des principales dimensions de la QVT comme l’autonomie, la sécurité, la participation, l’égalité des chances, les échanges, le sens du travail et l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle…  
La perception de la vie professionnelle qui en résulte a une incidence tangible sur la santé au travail. Or, en 2017, les statistiques montrent leur impact avec un taux d’absentéisme pour raison de santé de 13%. Un constat lourd qui dépasse les enjeux de gestion des ressources humaines. En effet, au-delà du lien déjà démontré entre sentiment de reconnaissance, d’écoute et de soutien par le management, et la perception de son état de santé, « la Haute Autorité de Santé rappelle combien qualité de vie au travail des personnels soignants et qualité et sécurité des soins dispensés sont aussi intimement liés.
 

Les six principales dimensions de la qualité de vie au travail
Source : has-sante.fr/La boussole qualité de vie au travail. Un outil pour fixer le cap.

La perception des différentes composantes de la qualité de vie au travail par les hospitaliers

Une large autonomie
Les agents reconnaissent disposer d’autonomie et de la possibilité de développer leurs compétences professionnelles. Mais le manque de fluidité entre les services peut ralentir l’avancement du travail et impacter le parcours patient.
Un sentiment d’utilité et de fierté
Sentiment d’utilité, fierté et sens des missions, les agents partagent assez largement une vision positive de leur travail. Mais plus d’un agent sur deux (55 % pour les encadrants et 60% pour les non-encadrants) exprime une inadéquation entre la conception qu’il se fait de son métier et la façon dont on lui demande de l’exercer.
Une perception relative de la qualité des rapports sociaux
Les liens entre les personnels ou les relations entre les agents et leur hiérarchie demeurent une dimension qui questionne. Le management influence la satisfaction : 39 % des répondants considèrent que leur responsable ne prête pas assez attention à ce qu’ils disent et 43 % qu’ils ne bénéficient pas de soutien satisfaisant dans les situations difficiles de la part de celui-ci.
Des agents en capacité de faire face aux situations difficiles
Le contact quotidien des patients en situation de souffrance, le rapport aux proches, parfois générateur de tensions, la pression consécutive aux situations à fort enjeu, aux actes techniques parfois vitaux, le risque d’agression verbale ou physique, sont autant d’exemples qui caractérisent le quotidien des agents.
Face à ces multiples pressions, plus de 7 agents sur 10 (71%) se sentent néanmoins en capacité de faire face à l’ensemble des situations difficiles au travail.
Une charge de travail intense
L’activité quotidienne impose une charge de travail intense qui pèse sur la satisfaction des agents. Cependant la variété et la diversité des tâches, comme la possibilité d’évoluer dans son métier en apprenant de nouvelles choses, sont considérées comme des facteurs positifs et motivants.
Un sentiment d’instabilité quant à leur avenir
Le manque de vision stable de l’avenir au regard des changements qui interviennent dans les établissements est un sujet fort de préoccupation qui génère de l’insatisfaction chez les personnels. De plus, le ressenti d’une dégradation de l’ambiance de travail pousse certains répondants à s’interroger sur une mobilité professionnelle.
Des facteurs qui peuvent influer sur les absences pour raisons de santé
Les conditions d’exercice des agents hospitaliers peuvent influer sur les absences pour raison de santé. En 2017, le taux d’absentéisme pour raison de santé dans les établissements de santé, sociaux et médico-sociaux s’établit à 13%.
La maladie ordinaire (6,2%) représente près de la moitié du taux d’absentéisme devant la longue maladie/longue durée (3,5%) et l’accident du travail (2,1%).
Elle représente la durée plus faible (30 jours vs 39 jours de durée moyenne d’un arrêt) car elle est constituée d’arrêts courts contre 262 jours pour la longue maladie/longue durée
Les arrêts pour maladie ordinaire sont les plus fréquents (8 arrêts sur 10) et impactent le fonctionnement des services. En termes d’exposition, 1 agent sur 2 (49%) a été au moins absent une fois.
La QVT, un enjeu aussi pour la qualité des soins
« Agir en faveur de la qualité de vie au travail, c’est également agir sur la qualité de prise en charge des patients ou des résidents : une meilleure maîtrise des absences pour raison de santé permet d’en limiter les incidences sur l’organisation et, par-là même, d’adopter un fonctionnement plus performant au bénéfice des patients, des résidents, et de leur entourage. » souligne Pierre Souchon, Directeur des services, Groupe Sham
Méthodologie
Les conclusions présentées par Sham sont la synthèse de plusieurs études basées sur les statistiques du Groupe :
– un questionnaire relatif à la perception des conditions de travail adressé à 9 100 agents employés dans 40 établissements de santé, sociaux et médico-sociaux, entre 2015 et 2017.
– une enquête sur la perception de la qualité de vie au travail menée auprès de 2 730 agents. La taille moyenne des établissements interrogés est de 98 agents (de 45 à 459 agents). Les absences en maladie ordinaire ont été recensées pour ces établissements sur l’année où les agents ont été interrogés entre 2015 et 2017.
–   Une étude portant sur un échantillon de 168 000 agents CNRACL (Caisse Nationale de retraites des agents des collectivités locales) répartis dans 1 010 établissements de santé et établissements sociaux et médico-sociaux. Pour toutes les natures d’absences (maladie ordinaire, maternité, longue maladie/longue durée et accident du travail), le champ d’étude est constitué de l’ensemble des arrêts de travail déclarés à Sofaxis entre 2007 et 2017.
Pour en savoir plus, télécharger l’ouvrage "HÔPITAL & MÉDICO-SOCIAL – QUALITÉ DE VIE AU TRAVAIL ET SANTÉ DES AGENTS" – Sham juillet 2018

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.