Hypertension artérielle : Bordeaux forme les patients à l’automesure tensionnelle les 15 juin et 6 juillet

Mal silencieux qui touche 14 millions de personnes en France*, l’hypertension artérielle (HTA) peut entraîner de très graves complications chez les patients qui ne bénéficient pas d’un traitement adéquat : accidents vasculaires cérébraux, maladies rénales et problèmes de vision. Or cette trop forte pression sanguine sur les parois des artères peut être dépistée par un simple outil de mesure mis à la disposition des patients. Mais la qualité de l’auto-surveillance et l’interprétation des résultats dépendent du bon usage du tensiomètre individuel. Pour apprendre aux patients à maîtriser le fonctionnement de cet appareil, le service de cardiologie de l’hôpital Saint-André – CHU de Bordeaux, propose des ateliers de formation qui s’inscrivent dans une démarche d’éducation des patients.

Mal silencieux qui touche 14 millions de personnes en France*, l’hypertension artérielle (HTA) peut entraîner de très graves complications chez les patients qui ne bénéficient pas d’un traitement adéquat : accidents vasculaires cérébraux, maladies rénales et problèmes de vision. Or cette trop forte pression sanguine sur les parois des artères peut être dépistée par un simple outil de mesure mis à la disposition des patients. Mais la qualité de l’auto-surveillance et l’interprétation des résultats dépendent du bon usage du tensiomètre individuel. Pour apprendre aux patients à maîtriser le fonctionnement de cet appareil, le service de cardiologie de l’hôpital Saint-André – CHU de Bordeaux, propose des ateliers de formation qui s’inscrivent dans une démarche d’éducation des patients. 
Les 15 juin et 6 juillet, les patients hypertendus, munis de leur tensiomètre, pourront rencontrer les professionnels de santé (médecins, infirmières, pharmaciens) et bénéficier de leurs conseils. Ils apprendront à utiliser ces appareils de manière fiable. Les spécialistes leur expliqueront aussi l’intérêt mais aussi les limites de l’automesure.
La formation dure 2 heures et se déroule au service de cardiologie – salle d’éducation thérapeutique – Hôpital Saint-André, 1 rue Jean Burguet à Bordeaux. Pour s’inscrire et se renseigner appeler le 05 56 79 57 03.

Les progrès de l’automesure

Spontanément ou sur les conseils de leurs médecins traitants, les patients s’équipent d’appareil pour mesurer leur tension à la maison (automesure).  Malheureusement ils ne reçoivent pas toujours les informations nécessaires à l’utilisation de ces appareils et à l’interprétation des résultats. Conséquences : les mesures sont peu fiables et génèrent une inquiétude importante chez certains patients pouvant aboutir paradoxalement à faire monter leur tension ou à une mauvaise adaptation des traitements. D’où l’intérêt de suivre les ateliers de formation à l’automesure tensionnelle proposés par le CHU de Bordeaux.

Prise en charge de l’hypertension au CHU de Bordeaux

L’unité d’hypertension artérielle (HTA) du CHU de Bordeaux (hôpital Saint André) est la seule de la région et fait partie des 13 centres en France qui ont reçu le label « hypertension Excellence center » décerné par la Société Européenne d’hypertension.
Cette unité prend en charge essentiellement les HTA difficiles à équilibrer, les formes compliquées et les HTA secondaires à différentes causes. Ces patients sont vus en consultation ou traités en hospitalisation de jour ou hospitalisation traditionnelle pour les formes sévères ou compliquées.
*source site internet de la Fondation de recherche sur l’hypertension artérielle FRHTA – www.frhta.org

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.