Insuffisance cardiaque : Toulouse soutient la campagne « Agir pour vivre mieux »

Lors de la troisième Journée Européenne de l’Insuffisance Cardiaque qui se tiendra le 11 mai, le CHU de Toulouse tiendra des conférences, des tables rondes et des ateliers afin de sensibiliser le public à la prévention, au dépistage de cette maladie chronique qui touche 1 million de personnes en France. Le service de cardiologie du CHU fera également le point sur les avancées thérapeutiques déterminantes : coeur artificiel, thérapie cellulaire, télésurveillance des patients.

Lors de la troisième Journée Européenne de l’Insuffisance Cardiaque qui se tiendra le 11 mai, le CHU de Toulouse tiendra des conférences, des  tables rondes et des ateliers afin de sensibiliser le public à la prévention, au dépistage de cette maladie chronique qui touche 1 million de personnes en France.  Le  service de cardiologie du CHU fera également le point sur les  avancées thérapeutiques déterminantes : coeur artificiel, thérapie cellulaire, télésurveillance des patients.
Qu’est-ce que l’insuffisance cardiaque ?
Dans l’insuffisance cardiaque, le coeur ne peut plus assurer un débit sanguin suffisant pour répondre aux besoins de l’organisme en oxygène.
Essoufflement, respiration sifflante, gonflement des chevilles, palpitations sont quelques-uns des symptômes, parmi d’autres, du cortège de signes qui accompagne cette maladie.
Conséquence de nombreuses maladies cardiovasculaires : hypertension artérielle, diabète, infarctus, l’insuffisance cardiaque peut aussi parfois être due à une maladie du muscle cardiaque d’origine génétique, toxique ou infectieuse.
Prévention et dépistage : actions clés pour lutter contre la maladie
Prévenir la maladie en luttant contre les facteurs de risque, dépister pour prendre en charge le plus tôt possible la moindre pathologie vasculaire, sont les facteurs clés de réussite pour combattre l’insuffisance cardiaque caractérisée par une mortalité très lourde.
Centre de référence, le service de cardiologie du CHU de Toulouse dépiste, dispense les traitements médicamenteux, interventionnels, électriques, chirurgicaux,  ou des thérapies cellulaires et assure le suivi des patients souffrant de pathologies cardiaques. Une équipe pluridisciplinaire déploie également une activité d’éducation thérapeutique pour apprendre aux malades à gérer leur insuffisance cardiaque, les soins, la surveillance et respecter les règles d’hygiène de vie. L’acquisition de ces compétences leur permet de gagner en autonomie et en qualité de vie. Le service propose aussi des séances de réadaptation cardiaque avec réentraînement externe à l’effort.
Les nouveaux traitements
Coeur artificiel : En matière d’assistance ventriculaire et de coeur artificiel, des progrès considérables ont été réalisés au cours des dernières années. Grâce à l’avènement des pompes rotatives implantables, une turbine peut en effet être mise en place chez certains patients insuffisants cardiaques sévères et leur permettre de revenir à domicile en attendant un greffon. Cette intervention peut aussi s’adresser à des patients contreindiqués à la transplantation cardiaque.
La thérapie cellulaire : C’est au CHU de Toulouse, que les premières administrations de cellules de la moelle osseuse ont été réalisées en France, dans le cadre du programme de recherche MESAMI (cellule mésenchymateuse dans l’insuffisance cardiaque ischémique), par l’équipe médicale de cardiologie. Ces procédures de thérapies cellulaires sont en cours de validation et viennent compléter l’arsenal thérapeutique déjà connu pour traiter l’insuffisance cardiaque.
Le traitement et la surveillance des patients à domicile grâce à la télémédecine
Une unité d’hospitalisation à temps partiel de Soins de Suite et de Réadaptation (SSR) dédiée aux pathologies cardiovasculaires et une plateforme de télécardiologie viendront très prochainement compléter l’offre de soins du CHU de Toulouse. Cette structure régionale, assurera le traitement et la surveillance des patients à leur domicile en liaison permanente avec le CHU, les hôpitaux de proximité, les centres 15 et les professionnels libéraux, dans des conditions de qualité et sécurité de soins optimales. La télécardiologie permettra ainsi le maintien ou le retour précoce à domicile des patients et palliera l’isolement géographique ou social de certains d’entre eux.
En savoir plus sur la Journée Européenne de l’Insuffisance Cardiaque
Initiative de l’Association Européenne de l’insuffisance cardiaque soutenue par la Fédération Française de Cardiologie et la Société Française de Cardiologie, la Journée Européenne de l’Insuffisance Cardiaque » a pour thème cette année « Agir pour vivre mieux » 
Les chiffres de l’insuffisance cardiaque
– 1 million de personnes en France et 15 millions en Europe porteuses de la
maladie
– le risque d’Insuffisance cardiaque :  après 40 ans, il est de 21 % chez l’homme et de 20 % chez la femme, après 55 ans, il passe à 33 % chez l’homme et à 28,5 % chez la femme
– mortalité : 50 % à 5 ans à partir de l’apparition des premiers symptômes
Plus d’information sur www.insuffisance-cardiaque.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.