Jean-Paul Virapoullé nouveau Président du Conseil de Surveillance du CHU de La Réunion

Jean-Paul Virapoullé, vice-président de la Région et maire de Saint-André, a été élu à la tête du Conseil de Surveillance du CHU de La Réunion, mercredi 12 avril. En poste pour 5 ans, il a désigné son vice-président, Mariot Minatchy, adjoint au Maire de Saint-Pierre. Monsieur Virapoullé connaît bien le CHU dont il a été l’un des membres fondateurs.
Jean-Paul Virapoullé, vice-président de la Région et maire de Saint-André, a été élu à la tête du Conseil de Surveillance du CHU de La Réunion, mercredi 12 avril. En poste pour 5 ans, il a désigné son vice-président, Mariot Minatchy, adjoint au Maire de Saint-Pierre. Monsieur Virapoullé connaît bien le CHU dont il a été l’un des membres fondateurs.
Le nouveau Président du Conseil de Surveillance collaborera avec le directeur général, Lionel Calenge, chargé de conduire la politique générale de l’établissement et la présidente de la commission médicale d’établissement (CME), Frédérique Sauvat, afin de faire avancer les grands dossiers. "Il veillera à ce que l’ensemble des composantes du personnel du CHU travaillent en étroite cohésion et synergie au service de la qualité de prise en charge des patients de La Réunion, de Mayotte et de la zone Océan Indien, et en développant ses fonctions de soin, d’enseignement, de recherche et d’innovation." est-il précisé dans le communiqué de la direction générale.
Jean-Paul Virapoullé a précisé son ambition pour le CHU dans une interview accordée à  Clicanoo* : "Nous voulons un CHU en bonne santé. Quand on aura optimisé la gestion du centre hospitalier, on pourra moderniser l’offre de soins, la recherche, l’enseignement, l’innovation, la qualité de services… L’ensemble de la communauté hospitalière va donc renforcer sa vigilance et son travail pour que le CHU soit le fleuron de la santé française dans l’océan Indien."
Le Conseil de Surveillance se prononce sur la stratégie et exerce un contrôle sur la gestion de l’établissement.
*interview publiée le 13 avril 2017

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.