La chirurgie douce : une priorité

Les interventions mini invasives c'est-à-dire pratiquées par de petites ouvertures apportent de nombreux bénéfices aux patients, plus rassurantes, plus courtes, plus sures, plus confortables. Réalisées en ambulatoire, elles permettent aux opérés de rentrer chez eux le soir même. Opérer sans hospitaliser un progrès médical de premier plan ! En plein essor, la chirurgie ambulatoire, représente près de 20 % de l'activité chirurgicale de l'AP-HP avec 134 places autorisées. En 2008, alors que l'activité globale augmentait de 2,5%, celle de la chirurgie ambulatoire bondissait de 7%. Une quinzaine d'hôpitaux pratique cette activité en ophtalmologie, orthopédie, en particulier la chirurgie de la main, gynécologie-obstétrique.

Les interventions mini invasives c’est-à-dire pratiquées par de petites ouvertures apportent de nombreux bénéfices aux patients, plus rassurantes, plus courtes, plus sures, plus confortables. Réalisées en ambulatoire, elles permettent aux opérés de rentrer chez eux le soir même. Opérer sans hospitaliser un progrès médical de premier plan ! En plein essor, la chirurgie ambulatoire, représente près de 20 % de l’activité chirurgicale de l’AP-HP avec 134 places autorisées. En 2008, alors que l’activité globale augmentait de 2,5%, celle de la chirurgie ambulatoire bondissait de 7%. Une quinzaine d’hôpitaux pratique cette activité en ophtalmologie, orthopédie, en particulier la chirurgie de la main, gynécologie-obstétrique.

Avec un taux de satisfaction des personnes opérées de 90%, la chirurgie mini-invasive apporte une réponse adaptée aux attentes des patients. Pour favoriser son développement, les hôpitaux ont mis en place une organisation dédiée : locaux réservés, équipes spécialement formées, prise en charge de la douleur, accompagnement spécifique du patient avant et après l’intervention, suivi post-opératoire en lien avec le médecin traitant et investissements dans plateaux techniques plus modernes, plus performants et mieux adaptés.

Dans le cadre de l’élaboration du futur plan stratégique 2010-2014, la chirurgie mini-invasive s’impose comme une « priorité ». D’autant que son intérêt médico-économique est indéniable grâce à l’économie de temps et de ressources qu’elle génère.

Pour promouvoir les avantages de la chirurgie mini-invasive, l’AP-HP lui a dédié une de ses matinées médicales, le 9 janvier 2009.

Pour en savoir plus

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.