L’Inserm signe une convention avec le CHU et l’Université de Limoges

Une délégation de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) conduite par son Président, le Professeur André Syrota, accompagné de représentant du CNRS vient de signer une convention tripartite avec le CHU et l’Université de Limoges. L'accord porte sur les unités mixtes de recherche, dont deux ont été nouvellement labellisées en janvier 2012.

Une délégation de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) conduite par son Président, le Professeur André Syrota, accompagné de représentant du CNRS vient de signer une  convention tripartite avec le CHU et l’Université de Limoges. L’accord porte sur les unités mixtes de recherche, dont deux ont été nouvellement labellisées en janvier 2012.
Le CHU de Limoges et l’Université de Limoges comptent 5 équipes labellisées : 1 équipe CNRS et 4 équipes Inserm.
L’UMR 1092 « Anti-infectieux : supports moléculaires des résistances et innovations thérapeutiques » dirigée par le Professeur Marie-Cécile Ploy, et l’UMR 1094 « Neuroépidémiologie Tropicale » dirigée par le Professeur Pierre-Marie Preux, ont été labellisées en janvier 2012. L’UMR 850 « Pharmacologie des immuno-suppresseurs et de la transplantation » dirigée par le Professeur Pierre Marquet et le « Centre d’investigation clinique » P0801 dirigé par le Dr Bruno François, sont deux autres unités Inserm limougeaudes, dont la labellisation a déjà été renouvelée.
Les meilleures équipes de recherche se soumettent à une expertise tous les 5 ans pour obtenir ce label, reconnaissance de la qualité et de la rigueur des projets. Pour le conserver, les équipes s’engagent à préserver un niveau d’exigence pérenne. « Etre équipe Inserm » favorise aussi considérablement les partenariats et coopérations de recherche, en France mais aussi à l’international.
L’accord garantit le développement scientifique des unités de recherche communes par une meilleure coordination entre l’Inserm, l’Université de Limoges et le CHU de Limoges.
La coopération envisagée portera notamment sur les objectifs suivants :
– assurer une production scientifique de haut niveau et une continuité entre la recherche biologique et biomédicale cognitive et la recherche médicale, clinique et en santé publique,
– veiller à la complémentarité des activités de formation et de recherche et contribuer à la qualité de la formation des étudiants à la recherche et par la recherche,
– favoriser la mutualisation des moyens, le développement de plateaux techniques et la collaboration pour la recherche en sciences de la vie et de la santé,
– développer ensemble des activités de transfert et de valorisation.
Cet événement a aussi permis de présenter les résultats positifs obtenus par deux équipes limougeaudes pour deux appels à projets européens de recherche : le projet BIOMARGIN–FP7, dont le Pr Marquet est coordonnateur, et le projet COMBACTE-IMI, dont la coordination d’une des actions a été confiée au Dr François.
Les échanges se sont poursuivis toute l’après-midi à la Faculté de médecine et de pharmacie de Limoges, après une ouverture de session par le Pr Valleix, Doyen de la faculté de médecine. Les membres des équipes hospitalo-universitaires labellisées, ainsi que les équipes émergentes, dont l’équipe EA 3842 « Homéostasie cellulaire et Pathologies » du Pr Jauberteau, et l’équipe EA 6309 « Maintenance Myélinique et neuropathies périphériques » du Pr Funalot étaient invités à tracer les pistes de collaborations fructueuses.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.