Le CHU de Limoges se modernise

Patrimoine immobilier, système d’information, équipements biomédicaux… en 2011 le CHU de Limoges a lancé un vaste plan de modernisation qui se poursuivra au cours des prochaines années. Un engagement sur le long terme qui vise à satisfaire et fidéliser patients et professionnels.

Patrimoine immobilier, système d’information, équipements biomédicaux… en 2011 le CHU de Limoges a lancé un vaste plan de modernisation qui se poursuivra au cours des prochaines années. Un engagement sur le long terme qui vise à satisfaire et fidéliser patients et professionnels.
Des lieux repensés pour s’adapter aux organisations, des chambres et salles de consultations rénovées, des lits et mobiliers neufs, des plateaux techniques armés des équipements les plus modernes…plusieurs sites du CHU ont suivi une cure de jouvence qui profite aujourd’hui aux patients de l’Etablissement Hospitalo-Universitaire du Limousin.
Avec près de 28 millions d’euros investissement pour la seule année 2011, le CHU de Limoges a bel et bien lancé son plan de modernisation. Les premiers bénéficiaires de cette dynamique sont les patients des pôles Onco-Hématologie, Cœur-poumon-rein, Personnes âgées et soins à domicile, Viscéral et orthopédie, Neurosciences, tête, cou et rachis, et Plateau médico-technique.
A titre d’exemple des investissements en équipements : le renouvellement des installations de coronarographie,  l’acquisition d’un accélérateur linéaire de particules en radiothérapie, et le remplacement d’un scanner.
Côté bâtiments, la restructuration et la rénovation de l’hôpital Jean Rebeyrol et de différents services de Dupuytren parmi lesquels l’orthopédie, la neurochirurgie, la neuroradiologie interventionnelle,  la médecine gériatrique, et les consultations d’anesthésie donnent aujourd’hui un nouveau visage à des locaux à présent adaptés aux organisations et aux légitimes exigences des patients de l’hôpital. Une ambition qui a aussi motivé la création d’un plateau de chirurgie ambulatoire.
L’informatique n’est pas en reste. Qu’il s’agisse d’outils favorisant la traçabilité des actes et la sécurité des patients, de projets collaboratifs inter-établissements et professionnels de santé, ou d’applications favorisant la gestion des rendez-vous (et donc l’accessibilité aux soins pour les patients), le CHU de Limoges a choisi de s’engager dans la conduite d’une stratégie informatique ambitieuse,  nécessaire aujourd’hui et indispensable demain.
Au-delà de ces investissements « visibles », car déjà opérationnels, d’autres chantiers majeurs mais qui sortiront de terre dans les 3 prochaines années ont été lancés :
– choix de l’équipe concepteur-constructeur d’un nouveau bâtiment médico-administratif ;
– lancement des travaux de voirie et d’assainissement par Limoges Métropole et la Ville de Limoges et de l’appel d’offres travaux en vue de la construction du projet bâtiment Biologie Santé porté avec l’Université.
– rédaction du programme fonctionnel d’un nouveau bâtiment Clinique médicale regroupant les différentes spécialités médicales ; 
– choix du groupement titulaire du marché de construction d’un nouveau bâtiment de 80 lits sur le site de Chastaingt.
Au programme de l’année 2012… de nombreux autres acquisistions de matériels (remplacement de deux gamma-caméras, d’un accélérateur linéaire de particules…), et projets immobiliers. La priorité à l’hôpital de la mère et de l’enfant avec un projet associant plateforme ambulatoire médico-chirurgicale, structuration des urgences gynécologiques, adaptation capacitaire et des modalités de prise en charge des différentes spécialités dont la maternité qui verra son nombre de lits augmenter et son plateau technique évoluer (nouvelles salles de naissance et de pré travail), ainsi que le réaménagement des urgences pédiatriques et de la zone de consultations ORL, OPH.
Le regroupement des consultations d’odontologie stomatologie, des consultations de chirurgie digestive, générale et endocrinienne, des structures support du Centre Régional de Cancérologie, la poursuite de la rénovation de différents services de Dupuytren (CTCV et cardiologie), de la restructuration de J.Rebeyrol, seront les autres grands chantiers de cette année.
Des investissements qui n’oublient pas les équipes, puisque de nombreuses actions sont prévues pour favoriser le recrutement de personnels médicaux et soignants, pour répondre aux besoins de la population et accompagner le projet social et professionnel du CHU, volet essentiel du Projet d’Etablissement qui sera proposé dans les tout prochains jours à validation du Conseil de Surveillance.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.