Le CHU de Pointe-à-Pitre en attente d’un Ablatherm

Les Antilles française connaissent une incidence plus élevée qu'en France du traitement du cancer de la prostate (on recense 430 nouveaux cas incidents en Guadeloupe chaque année). L'Ablatherm, technique peu invasive par ultrasons focalisés représente une alternative intéressante pour les patients non candidats à la prostatectomie (en raison de leur âge, de leur état général ou de maladie associée), pour les malades qui refusent la chirurgie radicale et pour ceux qui connaissent une récidive locale après radiothérapie externe ou prostatectomie radicale.

Les Antilles française connaissent une incidence plus élevée qu’en France du traitement du cancer de la prostate (on recense 430 nouveaux cas incidents en Guadeloupe chaque année). L’Ablatherm, technique peu invasive par ultrasons focalisés représente une alternative intéressante pour les patients non candidats à la prostatectomie (en raison de leur âge, de leur état général ou de maladie associée), pour les malades qui refusent la chirurgie radicale et pour ceux qui connaissent une récidive locale après radiothérapie externe ou prostatectomie radicale.
Le CHU de Pointe-à-Pitre espère disposer bientôt de ce nouvel équipement. Cette acquisition éviterait de transférer vers la métropole les malades qui relèvent de cette thérapie.

Les plus de l’Ablatherm
L’Ablatherm est une technique concurrente de la radiothérapie. Dans 80% des cas, un seul traitement suffit. Dans 20% des cas, une seconde intervention est nécessaire.
Le traitement s’effectue par voie endorectale sous anesthésie loco-régionale. Les séances ont une durée comprise entre 3h30 et 4h00. Une sonde est placée dans le rectum : elle émet un faisceau d’ultrasons convergents de haute intensité. A l’endroit où les ultrasons se concentrent, l’absorption brusque et intense du faisceau ultrasonore créé une élévation soudaine de la température qui détruit les cellules situées dans la zone cible.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.