Le CHUGA inaugure sa nouvelle stérilisation

Opération majeure du Nouveau Plateau Interventionnel du CHU Grenoble Alpes, le transfert de la stérilisation au rez-de-chaussée haut de l’Hôpital Michallon a permis le complet renouvellement des équipements de ce service indispensable jouant un rôle déterminant dans la sécurité du patient. Explications

Opération majeure du Nouveau Plateau Interventionnel du CHU Grenoble Alpes, le transfert de la stérilisation au rez-de-chaussée haut de l’Hôpital Michallon a permis le complet renouvellement des équipements de ce service indispensable jouant un rôle déterminant dans la sécurité du patient. 
Omniprésente tout autant qu’indispensable à l’hôpital, la stérilisation assure la sécurité microbiologique des patients et participe activement à la prévention des infections nosocomiales dont on connaît l’importance cruciale en matière de santé publique. Conscients que la stérilisation requiert des compétences et des équipements très pointus pour garantir la qualité et la sécurité des prises en charge des patients, la direction du CHU Grenoble Alpes  a fait le choix d’opérer le renouvellement complet des équipements de ce service dont l’activité a été délocalisée fin 2017, au rez-de-chaussée haut de l’hôpital Michallon.
"Sous la responsabilité du Pôle Pharmacie, l’activité de stérilisation fait partie intégrante du soin. Notre objectif est de garantir au chirurgien que le matériel dont il besoin pour opérer ne comportent aucun risque de transmission d’infection" explique le Docteur Catherine Guimier-Pingault, responsable de la stérilisation au CHUGA. Le service comprend une cinquantaine d’agents, pour la majorité des opérateurs de stérilisation.
"La stérilisation est une étape essentielle dans le parcours patient lorsqu’il est opéré. Au bloc opératoire, nous pouvons ainsi compter sur des boîtes bien rangées comprenant des instruments bien stérilisés. Dans certains cas, la stérilisation nous fournit également du matériel implantable pour différentes chirurgies, notamment des prothèse de genoux ou des pace-makers" confie le Professeur Jean-Luc Faucheron, président du collège des chirurgiens au CHUGA.
"La stérilisation est un ensemble d’étapes aux procédures séquencées, encadrées et tracées. Avant même d’arrivée sur la plateforme de stérilisation, les instruments sont pré-désinfectés (trempage pour limiter le risque de contamination) par les infirmières de bloc opératoire. Le matériel est ensuite disposé dans des armoires qui vont transiter dans les couloirs de l’hôpital et arriver en zone dite sale” raconte le docteur Catherine Guimier-Pingault. Et la pharmacienne d’ajouter : "La première étape consiste au nettoyage dans des laveurs dont le cycle est contrôlé (temps, dosage du produit, température). Les laveurs se déchargent après du côté de la zone dite propre. Les instruments sont ensuite amenés dans un sas où le traitement de l’air est filtré, avec un gradient de pression qui permet de protéger le matériel propre qui ne doit pas être recontaminé".
Une fois les instruments refroidis et séchés, ils sont contrôlés par les opérateurs de stérilisation et placés dans des boîtes. Les boîtes sont étiquetées et partent ensuite au conditionnement dans des containers en aluminium avec un couvercle et un filtre en papier qui maintiennent l’état stérile. Les boîtes sont ensuite plombées des deux côtés en gage d’inviolabilité jusqu’à leur arrivée en salle d’opération.
Il faut compter environ cinq heures pour un processus de stérilisation en flux tendu avec laveur et opérateur disponibles pour la recomposition.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.