Le nouveau CHU- Amiens Picardie

Implanté au Sud d'Amiens, sur une surface de 172 000m², le futur CHU est une des opérations majeures du plan Hôpital 2007. Le coût de ce programme est estimé à 450 millions d'euros financés sur les fonds propres du CHU et par un recours à l'emprunt.

Implanté au Sud d’Amiens, sur une surface de 172 000m², le futur CHU est une des opérations majeures du plan Hôpital 2007. Le coût de ce programme est estimé à 450 millions d’euros financés sur les fonds propres du CHU et par un recours à l’emprunt.

Le nouvel hôpital universitaire : une stratégie de croissance et de développement
Eclaté sur 4 sites
: Hôpital Nord, Groupe Hospitalier Sud, Centre de Gynécologie Obstétrique et Centre Saint Victor, le CHU d’Amiens regroupe l’ensemble de ses activités d’hospitalisation de courte durée, de soins de suite, de rééducation et de réadaptation sur son site Sud. L’unité architecturale et la modernisation des structures et des organisations permettront de :
– suivre l’évolution rapide des techniques médicales,
– adapter ses capacités en places et lits aux besoins (plus de places en ambulatoires et moins en court séjour, plus de lits en moyen et long séjour pour répondre aux besoins des populations vieillissantes et à l’augmentation du non programmé et enfin plus de lits de réanimation puisque le CHU renforce son rôle de recours).
– optimiser le travail des médecins et soignants en période de pénurie de personnels
– satisfaire aux contraintes réglementaires, notamment dans le domaine des urgences, de la périnatalité et de la réanimation,
– améliorer les conditions d’accueil et d’hébergement,
– s’adapter à l’évolution de la tarification qui veut que le patient soit dans le bon lit,
– saisir l’opportunité du soutien à l’investissement du plan Hôpital 2007,

Le nouveau CHU pour accroître son efficience et rationaliser son organisation
La suppression des déplacements et des transferts inter-sites, du dédoublement des effectifs et des doublons fonctionnels sera source d’une plus grande qualité de prise en charge et permettra de rationaliser les moyens humains et matériels.
Par exemple, quand il s’agit d’un accouchement prématuré, que la maman est hospitalisée au Centre de Gynécologie Obstétrique et que son bébé se trouve en pédiatrie néonatalogie à l’hôpital Nord, les transferts inter-sites sont particulièrement pénibles.
Par ailleurs, en période de maîtrise budgétaire, il est important de réduire les doublons fonctionnels tels que la pharmacie, la restauration, les blocs, l’anesthésie et les laboratoires mais aussi les équipements, scanners, automates d’analyse. Quant aux personnels, il est plus que jamais nécessaire d’optimiser leur fonction et leurs compétences au sein d’une organisation rénovée dans une architecture moderne.

Les grands principes organisationnels
Le futur CHU disposera d’un plateau technique concentré sur deux niveaux en lien avec 3 pôles d’hospitalisation de près de 400 lits chacun.

8 pôles architecturaux ont été définis :
– le pôle médico-technique : le rez-de-chaussée est dédié à l’ambulatoire tandis que le niveau R+1 est réservé aux activités et hospitalisations lourdes
– trois pôles d’hospitalisation
. le pôle N°1 : appareil locomoteur, neurosciences, tête et cou, viscéral et digestif
. le pôle N°2 : femme-enfant, médecine interne, infectiologie, dermatologie et gériatrie
. le pôle N°3 : cardiovasculaire, pneumologie, urologie,néphrologie, oncologie et
hématologie
– le pôle urgences en façade principale du projet
– le pôle institut de biologie
– le pôle logistique
– le pôle des écoles

Le déroulement des opérations
En 2003, le projet d’établissement a donné lieu à la signature du contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens avec l’Agence Régionale de l’Hospitalisation, partenaire financier majeur du CHU. Une étude de faisabilité a ensuite été lancée, suivie d’un programme d’esquisse, première étape des études de programmation. Ce document fixe les objectifs de l’opération et ses grands principes organisationnels. Fil conducteur de toutes les réflexions, il décrit les contraintes et exigences techniques, économiques, sociales, architecturales, et environnementales.
En janvier 2004, le concours d’architecture et d’ingénierie a permis de sélectionner les 4 équipes de maîtrise d’oeuvre. Elles sont chargées de présenter pour juin 2004 4 projets différents du nouvel hôpital. Un jury sélectionnera le meilleur et l’équipe architecturale retenue réalisera les plans et la conduite des travaux du nouvel hôpital.

De février à septembre 2004, le programme technique détaillé (PTD) listera méthodiquement les besoins. Le PTD représente la seconde étape des études de programmation. Il répertorie les locaux, les modalités de fonctionnement dans chaque secteur pour aboutir à un descriptif technique précis des espaces avec notamment l’inventaire de l’éclairage, la nature des prises électriques, le matériel informatique et les équipements à prévoir.

La rédaction de l’avant-projet sommaire est prévue pour le dernier trimestre 2004. Début 2005, les équipes prépareront l’avant projet détaillé puis le projet en juin 2005. Au fur et à mesure, les plans s’affinent. Les schémas doivent respecter l’ensemble des objectifs et des besoins tout en tenant compte des contraintes identifiées durant les précédentes étapes. Ces plans sont déterminants pour le bon déroulement du chantier car ils vont servir de base à l’appel d’offres de travaux destiné à retenir les entreprises qui construiront les bâtiments.
Le déménagement des activités et l’ouverture des nouveaux bâtiments sont prévus pour 2008-2009.

Dates clés
Février-septembre 2004 : phase d’élaboration du programme technique détaillé
10 juin 2004 : choix de l’équipe de maîtrise d’oeuvre lauréate du concours d’architecture et d’ingénierie
2008-2009 : déménagement

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.