Transplantation d’utérus : le projet de recherche clinique du CHU Limoges accepté

Le 5 novembre 2015, l’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé) a officiellement accepté l’essai clinique sur la greffe d’utérus porté par l’équipe de gynécologie obstétrique du CHU de Limoges (Dr Tristan Gauthier, Dr Pascal Piver et Pr Yves Aubard). L’établissement est le premier en France à obtenir cette autorisation.
Le 5 novembre 2015, l’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé) a officiellement accepté l’essai clinique sur la greffe d’utérus porté par l’équipe de gynécologie obstétrique du CHU de Limoges (Dr Tristan Gauthier, Dr Pascal Piver et Pr Yves Aubard). L’établissement est le premier en France à obtenir cette autorisation.
Grâce au feu vert accordé au CHU de Limoges, des femmes nées sans utérus ou ayant subi une hystérectomie (ablation de l’utérus) pour une pathologie bénigne, pourront donner naissance après avoir reçu un utérus prélevé sur une donneuses en état de mort encéphalique. L’autorisation donnée par l’ANSM va permettre au CHU de Limoges de démarrer un essai clinique. Cet essai va porter sur 8 femmes volontaires, recrutées au niveau national, avec des critères de sélection très stricts. Les patientes devront avoir entre 25 et 35 ans, ne jamais avoir eu d’enfants et être en bonne santé. 
La période d’inclusion de ces patientes devrait démarrer d’ici la fin de l’année. La première greffe pourrait donc avoir lieu fin 2016, et la première naissance fin 2018, à l’issue d’une période d’un an de surveillance du greffon.
L’acceptation par l’ANSM ne représente qu’une des étapes de la réalisation de ce projet qui a débuté dès 2007. Ce projet n’a pu voir le jour que par la collaboration de nombreux services du CHU de Limoges : gynécologie-obstétrique, AMP et biologie de la reproduction, chirurgie vasculaire, néphrologie, anesthésie, réanimation, radiologie, pharmacologie, unité INSERM S 850, anatomopathologie, psychiatrie, biologie et la recherche clinique.
Actuellement, seule la Suède a obtenu des naissances après greffe d’utérus, à partir de donneuses vivantes. L’équipe pluridisciplinaire limougeaude se distingue toutefois en ayant choisi de pratiquer des greffes d’utérus à partir de donneuses décédées. Ceci pour éviter d’exposer des donneuses vivantes à des complications chirurgicales, dans la mesure où il s’agit d’un organe non vital pour la patiente receveuse. 
Cette nouvelle confirme le dynamisme des équipes de gynécologie-obstétrique du CHU de Limoges en termes de recherche médicale contre l’infertilité. Déjà en 2009, le Dr Piver et l’équipe de Limoges, avaient permis les premières naissances en France après autogreffe de tissus ovariens cryopréservés.
Contact presse : Maïté Belacel – 05 55 05 63 51 – maite.belacel@chu-limoges.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.