» Les CHU jouent toujours un rôle très actif dans la recherche sur le VIH « : Françoise Barré-Sinoussi, prix Nobel de médecine

A l'heure de la 22e Conférence internationale sur le sida, alors que s'affirment les progrès des traitements et l'efficacité de la prophylaxie, Réseau CHU donne la parole à celle qui fut la co-découvreuse du VIH. Le Pr Françoise Barré-Sinoussi s'exprime sur les actuels enjeux de la recherche et le rôle crucial qu'y jouent les patients.
A l’heure  de la 22e Conférence internationale sur le sida, alors que s’affirment les progrès des traitements et l’efficacité de la prophylaxie, Réseau CHU donne la parole à celle qui fut la co-découvreuse du VIH. Le Pr Françoise Barré-Sinoussi s’exprime sur les actuels enjeux de la recherche et le rôle crucial qu’y jouent les patients.
"La recherche sur le VIH est toujours aussi active dans les CHU, remarque Françoise Barré Sinoussi. Non seulement la recherche clinique portant sur les traitements et les pistes de vaccins mais également la recherche opérationnelle qui vise à mieux faire adhérer les patients aux traitements ou à optimiser leur prise en charge"

En décembre 2008, Françoise Barré-Sinoussi recevait le prix Nobel de médecine pour sa contribution à la découverte du VIH. 3e femme française à recevoir ce titre, après Marie Curie et Irène Joliot-Curie, et  première en médecine. Quelque 10 ans plus tard, le 19 juin 2018, appelée à une cérémonie d’hommage aux Nobel à l’Académie des sciences en partenariat avec l’Institut Weizmann, elle affiche la même passion de chercheuse engagée du haut de ses 35 ans de lutte contre le sida.

Réseau CHU a recueilli ses propos sous la Coupole au terme d’une présentation pointant les nouveaux enjeux de la recherche sur le VIH et de la prise en charge des patients. A savoir, la quête assidue d’un vaccin et d’un traitement qui puisse garantir aux malades une rémission durable. La grande dame du sida revient dans ce contexte sur l’engagement historique des CHU dans cette recherche et des évolutions qu’elle rencontre aujourd’hui.

 Cliquez sur la photo ci-dessous pour visionner la vidéo


"Ce qu’il y a de nouveau et d’essentiel, c’est que les patients sont devenus des acteurs clés de cette recherche. Certains sont même devenus chercheurs, s’enthousiasme-t-elle. Les travaux menés aujourd’hui sur le VIH associent le plus souvent aux chercheurs et aux soignants, le milieu associatif et les représentants de patients. Et il serait profitable que cette démarche, initiée dans la lutte contre le sida, s’étende à la recherche sur d’autres maladies".
Propos recueillis par Betty Mamane

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.