L’hypnose en soins palliatifs, mieux vivre la dernière étape

En soins palliatifs, la pratique de l’hypnose permet de soulager la douleur. Elle aide également les patients à aborder plus sereinement leur fin de vie.

En soins palliatifs, la pratique de l’hypnose permet de soulager la douleur. Elle aide également les patients à aborder plus sereinement leur fin de vie.
 L’hypnose n’est pas une technique, mais un mode de relation, un processus naturel qui nous permet de détacher une partie de notre esprit pour permettre une meilleure concentration. Au volant, par exemple. En le provoquant, en douceur, au cours d’une conversation, on amène une personne dans cet état particulier qui permet de mobiliser tout son potentiel de ressources.
Comme plusieurs membres de l’équipe mobile de soins palliatifs, Pierre-Henri Garnier, psychologue, utilise l’hypnose : "Il ne s’agit pas «d’envoyer» la personne ailleurs ni de l’obliger à faire quoi que ce soit, suivant les clichés liés à l’hypnose «foraine», mais bien de l’intégrer dans l’ici et maintenant, en l’aidant à zoomer sur des aspects positifs et ainsi reléguer au second plan et donc diminuer le mal physique et psychique. Cela se passe naturellement, au cours d’une conversation…  L’état d’hypnose se reconnaît à divers petits signes tels que des mouvements des pupilles sous les paupières, une respiration et un rythme cardiaque apaisés… "
En plus de soulager le corps, l’hypnose peut contribuer à mieux vivre l’approche de la mort : « Il m’arrive ainsi d’aider des personnes à renouer ou échanger avec des proches, à rester jusqu’au bout dans la vie et dans la vie sociale ».
Pierre-Henri Garnier s’aide parfois de sa tablette numérique : « Lorsque les patients sont très fatigués, je cherche pour eux un support visuel ou audio qui les aide à se remémorer de bons moments. Cela aide à instaurer cette relation singulière et créative qu’est l’hypnose conversationnelle, et qui vient supplanter l’hypnose négative induite par la maladie grave. »
Au CHU de Nantes, les trois quarts des patients en soins palliatifs bénéficient du soulagement procuré par l’hypnose conversationnelle.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.