L’innovation selon UniHA : une exigence de qualité à l’aune de la compétitivité

En congrès à Arras les 25 et 26 mars, UniHA, la centrale d’achat des 58 hôpitaux* français, a mis en lumière la dynamique des partenariats noués entre professionnels de la santé et acteurs du monde économique. Leur dénominateur commun, l’innovation, moteur de la création de valeur et de la compétitivité. Au cours de ces journées les participants ont pu apprécier la délicate alchimie

En congrès à Arras les 25 et 26 mars, UniHA, la centrale d’achat des 58 hôpitaux* français, a mis en lumière la dynamique des partenariats noués entre professionnels de la santé et acteurs du monde économique. Leur dénominateur commun, l’innovation, moteur de la création de valeur et de la compétitivité. Au cours de ces journées les participants ont pu apprécier la délicate alchimie qui permet de transformer une découverte en amélioration non seulement de la qualité du service rendu au patient mais aussi de l’efficacité économique de l’hôpital.
Gros plan sur deux coopérations fructueuses fondées sur des contributions convergentes appelées aussi co créations entre hôpitaux et industriels.

ATH Medical, Expert en traçabilité des dispositifs médicaux, propose une solution de traçabilité innovante pour recomposer de manière automatisée les boites d’ancillaires. » Créée en 2011, ATH Medical est partie du constat que la recomposition des boites opératoires, entre deux interventions, nécessitait une attention toute particulière du fait de l’importance du kit ancillaire qui peut compter jusqu’à 165 pièces,  ATH Medical a conçu Ancitrak pour faciliter cette recomposition. Cette solution dresse la liste des instruments qui doivent intégrer chaque boîte opératoire : en rouge, ceux qui ne sont pas encore présents ; en orange, ceux qui sont en cours de traitement et en vert ceux qui sont en place. Ce système génère un gain de temps pour les équipes ainsi qu’un taux de conformité de plus de 95 %. Il peut être mis en place dans les blocs opératoires ainsi que dans les services de stérilisation. Par l’intermédiaire d’UniHA, ce système a été conçu en partenariat avec des hôpitaux et de ce fai, il est parfaitement adapté à leurs besoins concrets .
NeoMedLight, le textile technique qui fait évoluer la photothérapie pour traiter l’ictère du nouveau-né.
Spin-off issue de Brochier Technologies, dédiée aux soins de santé, NeoMedLight puise son expertise dans la tradition textile lyonnaise. Brochier Technologies détient un brevet de tissage de la fibre optique qui, une fois connectée, se transforme en source lumineuse. NeoMedLight® met actuellement au point la version commerciale de son dispositif de photothérapie destiné à traiter l’ictère du nouveau-né. Cette « jaunisse du nourrisson » nécessite un traitement par photothérapie, ce qui nécessite une surveillance rigoureuse du nouveau-né pour éviter des complications (étouffement, déshydratation). De plus le traitement impose une séparation mère enfant qui peut être traumatisante.
Grâce à UniHA, NeoMedLight bénéficie de l’excellence des hôpitaux Français, ce qui l’a aidé à mieux définir son produit et à le lancer.
« De tels projets bénéficient du soutien d’UniHA devenue une interface autour de l’innovation partagée et un lieu de rassemblement des équipes hospitalières et des entreprises » déclare Jean-Olivier Arnaud, Président d’UniHA
* 32 CHU-CHR et 26 centres hospitaliers

Marie-Georges Fayn

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.