Lyon réduit son déficit de 75 % *

Meilleure valorisation des séjours, réorganisation des services et des pôles, amélioration de la performance des blocs opératoires et des services d’urgences, optimisation des achats… Ces différentes mesures ont dopé les performances des Hospices Civils de Lyon qui affichent des résultats financiers encourageants : leur déficit consolidé 2010 a été ramené à -21,5 M€ contre -42,2 M€ prévus au budget

Meilleure valorisation des séjours, réorganisation des services et des pôles, amélioration de la performance des blocs opératoires et des services d’urgences, optimisation des achats… Ces différentes mesures ont dopé les performances des Hospices Civils de Lyon qui affichent des résultats financiers encourageants : leur déficit consolidé 2010 a été ramené à -21,5 M€ contre -42,2 M€ prévus au budget.
Lors du conseil de surveillance du 14 mars 2011, les Hospices Civils de Lyon ont présenté les résultats de l’exécution 2010.  Le déficit consolidé du CHU de Lyon a été ramené à -21,5 M€ en 2010 (contre -42,2 M€ prévus au budget) et le déficit principal à -54,3 M€ (contre -68,2 M€ prévus au budget). Depuis 2008, exercice au cours duquel la situation financière de l’établissement avait atteint un point bas, l’amélioration du résultat principal atteint 42% et celle du résultat consolidé 75%.
Cette évolution positive confirme la bonne marche de la trajectoire de redressement engagée par les Hospices civils de Lyon dans le cadre du projet d’établissement « Cap 2013 » arrêté en juillet 2009.
Les recettes d’activité évoluent favorablement, notamment du fait d’une meilleure valorisation des séjours des patients. Les activités en forte croissance concernent en particulier les activités d’ORL, de gynécologie, de néonatologie, d’hématologie, de transplantations d’organes ou les séances d’hôpital de jour. La poursuite du développement de l’activité de l’établissement est plus que jamais une priorité.
Les objectifs de maîtrise des dépenses ont été tenus, grâce aux réorganisations des services cliniques, médico-techniques ou logistiques, l’amélioration de la performance opérationnelle des blocs opératoires et des services d’urgences, ou encore l’optimisation des achats.
Le plan d’investissement se poursuit avec 161,5 M€ mobilisés en 2010, notamment au titre des grands chantiers comme l’ouverture du Bâtiment Médico-Chirurgical de l’hôpital de la Croix Rousse ou de l’Unité Centrale de Production Alimentaire.
La capacité d’autofinancement (CAF), qui témoigne des marges de manœuvre dégagées par l’établissement pour financer ses investissements et préparer son avenir, se redresse fortement. Elle dépasse, pour la première fois depuis 2007, le montant du remboursement en capital de l’annuité de la dette, preuve de la démarche d’assainissement de la situation financière du CHU. La stratégie de dynamisation de la politique immobilière suit son cours. Le résultat net des opérations de gestion locative et des cessions de biens s’élève à 32 M€ en 2010. Ces sommes ont été intégralement affectées au financement des investissements et ont permis par conséquent de diminuer le recours à l’emprunt.
Pour Daniel Moinard, directeur général des HCL : « cette amélioration doit beaucoup aux équipes médicales, soignantes et administratives des Hospices civils de Lyon qui doivent savoir que leurs efforts portent leurs fruits. Elle permettra aux Hospices Civils de Lyon de continuer leur engagement au service des patients qui leur font confiance au quotidien et de leur offrir une offre de soins de grande qualité, accessible à tous ».
* En 2008 le déficit du budget consolidé s’élevait à 86,1 M€, en 2009 il était de 58,5 M€, en 2010 il est ramené à 21,5
Contact presse
Cécile Duthyer : 04 72 40 72 51
Cecile.duthyer@chu-lyon.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.