Maladie de Whipple : Première culture de la bactérie

L'équipe du Professeur Didier Raoult vient de publier dans le New England Journal of Medicine la première culture de la bactérie de la maladie de Whipple.

L’équipe du Professeur Didier Raoult vient de publier dans le New England Journal of Medicine la première culture de la bactérie de la maladie de Whipple.
La bactérie responsable d’une maladie rare mais potentiellement mortelle, la maladie de Whipple, avait déjà été cultivée pour la première fois à Marseille dans l’UMR6020 en 2000 à partir d’un prélèvement cardiaque.

Toutefois, la bactérie est retrouvée assez fréquemment dans les selles des patients, dans les populations les plus exposées, parmi lesquelles les égoutiers. Un moyen de culture extrêmement original a permis de cultiver pour la première fois cette bactérie à partir des selles, alors qu’elle n’y avait été détectée que par des moyens indirects. En montrant que la source d’infection des patients est vraisemblablement d’origine fécale, cette technique permettra de mieux comprendre l’étendue des infections provoquées par la bactérie.
Cette maladie a été décrite pour la première fois en 1907 par un médecin américain, George Whipple.

Les manifestations cliniques sont variées (diarrhée, amaigrissement, douleur abdominale, pigmentation cutanée) et ne sont pas vraiment spécifiques, entraînant parfois un retard diagnostique. L’évolution spontanée de la maladie est longue, marquées par des épisodes de rémission et de rechutes pouvant évoluer jusqu’à la mort en l’absence de traitement.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Lyon, l’IA prédit désormais des résultats d’essais cliniques

Le 11 septembre dernier, le groupe pharmaceutique AstraZeneca a publié les résultats d’un essai clinique sur un traitement pour soigner le cancer du poumon. Jusqu’ici, tout paraît à peu près normal. Ce qui l’est moins : trois jours avant cette publication, une intelligence artificielle a permis de prédire avec justesse les résultats de ce même essai. Une grande première au niveau mondial.

Dossier : l’Accident Vasculaire Cérébral (AVC)

L’Accident Vasculaire Cérébral touche 150 000 personnes par an. Responsable de 110 000 hospitalisations selon le ministère de la santé, cet arrêt soudain de la circulation sanguin à l’intérieur du cerveau représente la troisième cause de décès chez l’homme et deuxième chez la femme, soit au total 30 000 décès par an. En France, plus de 500 000 Français vivent avec des séquelles suite à un AVC.

AVC : la promesse d’une prise en charge en moins de dix minutes

Les conséquences d’un Accident Cardiovasculaire (AVC) peuvent être lourdes, voire fatales. Première cause de dépendance et troisième cause de mortalité en France, cette pathologie due à une mauvaise irrigation du cerveau fait de plus en plus de victimes. Face à cette réalité alarmante, le CHU de Montpellier a annoncé fin août la mise en place d’un nouveau plateau technique offrant aux patients un parcours de soins optimisé. Et de promettre désormais une “prise en charge en neuf minutes”.

Coup d’oeil sur le métier d’infirmière formatrice

Isabelle Teurlay-Nicot est infirmière formatrice auprès des aides-soignants à l’IMS (Institut des Métiers de la Santé) du CHU de Bordeaux. Un métier qui ne se limite pas seulement à la notion d’apprentissage. En juillet dernier, elle a accepté de revenir sur cette profession ou se mêlent expertise médicale et pédagogie.

Hépatite C : à Strasbourg, Frédéric Chaffraix dirige le service qui l’a soigné

C’est tout près de l’hôpital Civil (Hôpitaux Universitaires de Strasbourg) que nous avons croisé la route de Frédéric Chaffraix, Responsable du Service Expert de Lutte contre les Hépatites Virales en Alsace (SELHVA). Ce service, l’homme de 42 ans le connaît bien. Car avant d’en prendre la tête – lui qui n’est pas médecin -, Frédéric l’a côtoyé en tant que patient, après avoir vécu vingt-trois ans, et sans le savoir, avec le virus de l’hépatite C. Rencontre.