Maladies rares : à Lille, des financements affectés de manière transparente et concertée

Mucoviscidose, hémophilie... les 18 centres de référence, les 66 centres de compétence de maladies rares du CHRU de Lille accueillent les patients et leurs proches, dispensent les traitements les plus récents, informent et accompagnent avec humanité et bienveillance les patients. Depuis 2014, Lille abrite aussi deux filières nationales : FIMATHO, filière des des maladies rares abdomino-thoraciques et FAI2r, filière pour les maladies auto-immunes et auto-inflammatoires systémiques rares. L'établissement participe également à 8 réseaux européens maladies rares. Cette organisation fait du CHU un des acteurs majeurs de la prise en charge des maladies rares en France. Pour assurer cette activité trés spécifique, le CHRU reçoit des crédits fléchés « maladies rares ». En 2017, cette enveloppe a représenté 3.2 millions d’euros. Cette somme a été affectée aux équipes selon une règle de répartition définie dans le cadre d'un dialogue de gestion continu avec les responsables des centres.
Mucoviscidose, hémophilie…  les 18 centres de référence, les 66 centres de compétence de maladies rares du CHRU de Lille accueillent les patients et leurs proches, dispensent les traitements les plus récents, informent et accompagnent avec humanité et bienveillance les patients. Depuis 2014, Lille abrite aussi deux filières nationales : FIMATHO, filière des des maladies rares abdomino-thoraciques et FAI2r, filière pour les maladies auto-immunes et auto-inflammatoires systémiques rares. L’établissement participe également à 8 réseaux européens maladies rares. Cette organisation fait du CHU un des acteurs majeurs de la prise en charge des maladies rares en France. Pour assurer cette activité trés spécifique, le CHRU reçoit des crédits fléchés « maladies rares ». En 2017, cette enveloppe a représenté 3.2 millions d’euros. Cette somme a été affectée aux équipes selon une règle de répartition définie dans le cadre d’un dialogue de gestion continu avec les responsables des centres.
"La clarté des chiffres et la transparence des principes de gestion permettent que l’action des centres s’organise dans les meilleures conditions pour les responsables qui les dirigent et les équipes qui les animent. Par exemple, le report des crédits non utilisés ou affectés tardivement est rendu possible par une gestion pluriannuelle" explique la direction générale. Ainsi, en 2017, quand 9 nouveaux centres ont été labellisés, les financements associés n’ayant été communiqués qu’en fin d’exercice, ils n’ont pu être utilisés et le CHU de Lille a donc pris la décision de reporter en 2018 ces crédits non consommés afin de permettre le déploiement des actions des centres au bénéfice des patients.
Malgré un contexte économique contraint pour l’hôpital public, le CHU de Lille fait le choix de dédier ces sommes aux centres déjà constitués et aux nouveaux centres labellisés pour leur permettre de fonctionner selon leurs priorités et pour s’adapter aux besoins des patients.
"Le choix collectif que nous faisons de soutenir résolument les actions des centres de maladies rares nous rend fier : il nous permet d’améliorer les soins, d’élaborer des bonnes pratiques, de développer l’éducation thérapeutique, de vaincre l’errance diagnostique et de soutenir la recherche." souligne le CHRU de Lille.
Les labellisations 2017 des centres de référence maladies rares du CHU de Lille 
Centre de référence des anomalies du développement et syndromes malformatifs de l’inter région Nord-Ouest (Pr Sylvie Manouvrier)
Centre de référence des maladies auto-immunes systémiques rares du Nord et Nord-Ouest (Pr Eric Hachulla)
Centre de référence de la hernie de coupole diaphragmatique (Pr Laurent Storme)
Centre de référence des affections chroniques et malformatives de l’œsophage (Pr Frédéric Gottrand)
Centre de référence des épilepsies rares (Pr Sylvie NGuyen)

Centre de référence des malformations et maladies congénitales du cervelet  (Dr Audrey Riquet)

Centre de référence des maladies inflammatoires des voies biliaires et des hépatites auto-immunes (Pr Alexandre Louvet)
Centre de référence des maladies neuromusculaires Nord/Est/Ile-de-France (Pr Sylvie Nguyen)
Centre de référence du développement génital : du fœtus à l’adulte (Dr Maryse Cartigny)
Centre de référence des maladies héréditaires du métabolisme (Dr Dries Dobbelaere)
Centre de référence des syndromes hyperéosinophiliques (Dr Guillaume Lefevre)
Centre de référence des maladies pulmonaires rares de l’adulte (Pr Benoit Wallaert)
Centre de référence des surdités génétiques (Dr Catherine Vincent)
Centre de référence des Angio-oedèmes (Pr David Launay)
Centre de référence de la maladie de Huntington (Dr Clémence Simonin)
Centre de référence SLA (Dr Véronique Brunaud-Danel)
Centre de référence des maladies digestives rares (Dr Dominique Guimber)
Centre de référence de la maladie de Willebrand (Pr Sophie Susen)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.