Malformations faciales : Tours partenaire de « Face au Monde » et « Le sourire de Kahoula »

« Offrir un visage, un sourire aux enfants de tous les pays présentant une malformation craniofaciale inopérable chez eux ». Tel est l’engagement humaniste du CHU de Tours. L’établissement vient de signer deux conventions de coopération, avec les associations « Face au Monde » et « Le sourire de Kahoula ». Cet accord officialise un partenariat de longue date qui a permis dernièrement à Imen, une adolescente tunisienne, de retrouver des traits harmonieux. Une belle histoire qui rapproche les deux rives de la Méditerranée
« Offrir un visage, un sourire aux enfants de tous les pays présentant une malformation craniofaciale inopérable chez eux ». Tel est l’engagement humaniste du CHU de Tours. L’établissement vient de signer deux conventions de coopération, avec les associations « Face au Monde » et « Le sourire de Kahoula ». Cet accord officialise un partenariat de longue date qui a permis dernièrement à Imen, une adolescente tunisienne, de retrouver des traits harmonieux. Une belle histoire qui rapproche les deux rives de la Méditerranée

Le CHU de Tours a réalisé le rêve d’Imen

Agée de 18 ans, Imen vit avec son père et sa tante, au Kef une ville au nord-ouest de la Tunisie. Sa malformation est une dysplasie fronto-nasale responsable d’un hypertélorisme important (distance trop grande entre les 2 orbites) et d’un nez trop large. Même si Imen a de nombreux amis elle souffre beaucoup de cette malformation et a toujours rêvée de se faire opérer. Grâce à la collaboration de « Face au Monde » qui a financé les frais d’hospitalisation, l’association « Le Sourire de Kahoula » qui a assuré le soutien logistique (visa, transport, famille d’accueil) et le CHU de Tours qui a accepté de participer à ce projet en réduisant les coûts d’hospitalisation, le rêve d’Imen a pu se concrétiser.
Le chirurgien de Tunis avait transmis le scanner d’Imen à Tours. Une planification chirurgicale a pu être réalisée en amont avec des guides de coupe et des plaques sur mesure. Imen est arrivée en France le 2 juillet 2017. Elle a eu rendez-vous avec le chirurgien, le Pr Boris Laure et l’anesthésiste le 3 juillet. L’intervention s’est déroulée le 10 juillet 2017 et a duré 8 heures. L’objectif était de rapprocher les 2 orbites et de reconstruire le nez. Les deux orbites ont pu être découpées en cadre. Deux parties paracentrales ont été enlevées et les orbites ont pu être déplacée et replacées précisément grâce aux guides de coupe et aux plaques sur mesure. Les suites opératoires ont été parfaitement simples. Imen a eu un gros pansement pendant 48h. Elle est sortie au 6ème jour post-opératoire, accueillie dans une famille à Tours. Elle est revenue dès le lendemain en consultation pour enlever les fils sur le nez puis la semaine d’après pour enlever les agrafes.
Imen a fini son séjour de 2 mois en France dans une autre famille, à côté de Bourges, chez la Présidente de l’Association « le Sourire de Kahoula ». Elle est repartie en Tunisie le 31 août. Dès le lendemain son père, bouleversé, a appelé pour remercier l’ensemble de l’équipe et des participants à ce projet. Imen sera suivie par son médecin à Tunis. Elle n’aura pas besoin d’autre grosse intervention en France.
  Le CHU de Tours s’engage à fournir des soins de haut niveau aux enfants étrangers porteurs de malformations craniofaciales, nécessitant un ou plusieurs actes chirurgicaux et pour lesquelles un traitement approprié ne peut être assuré actuellement dans leur pays. Le sourire de Khaoula fournit l’aide logistique, matérielle, administrative et financière à des personnes démunies, principalement des enfants, atteints de malformations faciales et qui nécessitent des interventions chirurgicales lourdes.
Dans le cadre de la convention,  l’association Face au Monde assure le soutient financier des interventions réalisée au CHU de Tours. Face au Monde crée en 2003 développe ses capacités d’interventions chirurgicales en France pour que soient traités les enfants et jeunes adultes souffrant de dysmorphies plus particulièrement de la face et du crâne.

40 enfants opérés chaque année par les spécialistes tourangeaux

Labellisé centre de compétence pour la chirurgie des malformations cranio-faciales rares, le CHU de Tours a développé une expertise dans cette surspécialité. Intégrée à la chirurgie maxillo-faciale, l’équipe du Pr Boris Laure opère  les malformations rares crâniennes et orbitaires de l’enfant et de l’adulte, assure les reconstructions post-traumatiques du crâne et des orbites, la réanimation des paralysies faciales, la réduction des exophtalmies de la maladie de Basedow ou de la neurofibromatose.

L’exercice de cette chirurgie est réalisé en étroite collaboration entre les chirurgiens maxillo-faciaux et les neurochirurgiens pédiatriques. L’équipe est en capacité d’opérer tous les types de craniosténoses (soudures prématurées des sutures du crâne), des plus simples aux plus complexes. Chaque année, une quarantaine d’enfants est opérée à l’hôpital pédiatrique Clocheville. Avant toute opération, des simulations informatiques des découpes osseuses sont réalisées pour faciliter l’intervention du chirurgien et assurer la précision du geste.

Les opérations sont effectuées en binôme, associant au bloc opératoire un chirurgien maxillo-facial et un neurochirurgien pédiatrique. La prise en charge des enfants se fait généralement dès la naissance et jusqu’à 18 ans et peut nécessiter de une à une dizaine d’interventions chirurgicales. Certains patients seront suivis tout au long de leur vie ; l’équipe garantit la continuité lors du passage de l’enfance à l’âge adulte.  

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.