Maman et bébé de retour à la maison à J+2 ou J+3

Aux jeunes mères qui souhaitent retrouver au plus vite le cocon familial, le CHU d'Angers propose un suivi à domicile à partir de la 48ème heure ou de la 72ème heure de vie de leur nouveau-né (H48 ou H72). Depuis le 7 octobre 2013, les patientes de la maternité du CHU qui ont connu une grossesse et un accouchement sans complication...

Aux jeunes mères qui souhaitent retrouver au plus vite le cocon familial, le CHU d’Angers propose un suivi à domicile à partir de la 48ème heure ou de la 72ème heure de vie de leur nouveau-né (H48 ou H72).

Depuis le 7 octobre 2013, les patientes de la maternité du CHU qui ont connu une grossesse et un accouchement sans complication peuvent opter pour un accompagnement à domicile dès les premiers jours de vie de leur enfant. C’est en quelque sorte, la maternité qui se déplace à la maison. A l’image des espaces physiologiques de la maternité du CHU ouverts en 2011 où la mère peut accoucher de manière naturelle, le suivi à domicile après la naissance répond au désir de nombreux couples d’une médicalisation moindre des premiers jours de leur enfant.

Cette possibilité ne se substitue pas au séjour traditionnel, mais vient compléter l’offre de suites de couche. Dans ce cas, le CHU d’Angers se déplace à domicile et programme les visites de sages-femmes de la maternité dès le lendemain ou surlendemain de la sortie. Le suivi à domicile suppose aussi une collaboration étroite entre le CHU et le secteur libéral (médecins traitants, pédiatres et sages-femmes) afin d’assurer une continuité sécurisée de la prise en charge après l’accouchement
Pour bénéficier du suivi à domicile, plusieurs conditions sont requises : l’adhésion des parents à la démarche, la bonne santé de la mère et du bébé, l’absence de risque social, médical ou psychologique au sein de la famille.
Le suivi à domicile recommandé par les autorités de santé
"La Haute autorité de santé et les textes européens encouragent le suivi à domicile qui contribue à réduire la durée du séjour dans les établissements hospitaliers" précisent le Dr Philippe Gillard, Chef de la Fédération de gynécologie – obstétrique du CHU d’Angers et le Pr. Loïc Sentilhes, responsable du secteur obstétrical et de la médecine foetale.
Avec plus de 4 000 naissances par an, la maternité du CHU d’Angers est l’une des plus importantes maternités publiques de France.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’obésité

Elle concerne 17% des adultes en France, a des origines multiples et peut entraîner de nombreuses complications – cardiovasculaires, hépatiques, rénales, respiratoires, dermatologiques, cancers, diabète – : cette maladie, c’est l’obésité. Alors que la journée mondiale le l’obésité a eu lieu le le 4 mars, la rédaction a souhaité lui consacrer un dossier.

CHU de la Réunion, se préparer au cyclone

Au cours de la nuit du 20 au 21 février dernier, l’île de la Réunion a évité le choc qu’aurait pu causer le cyclone baptisé Freddy, finalement passé à environ 190 km de ses côtes. Face à l’alerte orange, le CHU de la Réunion a lancé son plan cyclone pour anticiper les conséquences d’une potentielle catastrophe. Retour sur les mesures mises en place.

MARADJA, une décennie à accompagner les jeunes atteints de cancers

En France, environ neuf cent adolescents (15-18 ans) et mille quatre cent jeunes adultes (18-25 ans) sont touchés chaque année par le cancer. Au CHU de Bordeaux, un lieu particulier leur est destiné, MARADJA (Maison Aquitaine Ressources pour Adolescents et Jeunes Adultes), qui fête ses dix ans. Nous y avons rencontré Lucile Auguin, traitée à vingt-trois ans pour une leucémie aiguë.

Lactarium Raymond Fourcade, la page se tourne à Bordeaux

Le 5 décembre dernier, sur le site de l’hôpital Haut-Lévêque (Pessac), était posée la première pierre du futur Lactarium Raymond Fourcade. Le projet qui sera livré l’an prochain, 1200 m2 de bâti neuf doté d’équipements dernier cri, doit venir “conforter la place du CHU de Bordeaux comme le plus important lactarium au niveau national” ; et prendre le relais de l’actuel site de production basé à Marmande (Lot-et-Garonne), en fonctionnement depuis près d’un demi-siècle et que le CHU avait acquis en 2012.