Médicaments : impliquer les patients dans l’évaluation scientifique

Consommateur final, le patient joue un rôle clé dans l'usage des médicaments. Désormais reconnu leader d'opinion, il sera de plus en plus souvent associé au processus de prise de décision. En matière de co-construction du traitement, de l'offre de soins, l’attente sociale est immense. Ce thème d'actualité figure au programme de la 2ème conférence européenne sur la recherche clinique qui se tiendra à Paris, les 2 au 4 février 2015, EUROCROF, organisée par l'association européenne des contract research organisation (CRO)

Consommateur final, le patient joue un rôle clé dans l’usage des médicaments. Désormais reconnu leader d’opinion, il sera de plus en plus souvent associé au processus de prise de décision. En matière de co-construction du traitement, de l’offre de soins, l’attente sociale est immense. Ce thème d’actualité figure au programme de la 2ème conférence européenne sur la recherche clinique qui se tiendra à Paris, les 2 au 4 février 2015, EUROCROF, organisée par l’association européenne des contract research organisation (CRO)

Le colloque européen consacre sa session 5 aux approches "patients centrées"
Quels sont les atouts et les limites de l’ouverture des essais cliniques aux analyses des patients ? Comment le "post marketing" va-t-il prendre en compte leurs points de vue dans le cadre d’une médecine fondée sur des preuves ? La logique "patient-centrée" est-elle inévitable ? Qu’en pensent les autorités ? Ces questions seront abordées le 4 février par des professionnels du marketing et un représentant de la HAS
Pour en savoir plus http://www.eucrof-conference.eu/topics-programme/#c108

En veille sur ce sujet, Réseau CHU rend compte de l’initiative de  l’Agence Européenne des médicaments qui organise la participation des patients à l’évaluation des médicaments au sein de son Comité : un pas de plus vers la transparence.

Implication des patients dans l’évaluation : l’action pilote de l’Agence Européenne des médicaments
En septembre 2014, l’institution a décidé d’associer les patients à l’évaluation des bénéfices – risques des médicaments au sein de son Comité des médicaments. "Ecouter les patients enrichit l’évaluation scientifique des médicaments et apporte de nouveaux modes de penser les bénéfices-risque du point de vue du malade. « Comme les patients vivent leur maladie au jour le jour, ils connaissent l’efficacité des médicaments et leur impact sur leur qualité de vie, services qu’ils confrontent aux risques et leur points de vue peut différer des autres parties prenantes " reconnait Guido Rasi Directeur exécutif d’EMA qui voit dans  association une contribution à un usage sûr  et rationnel des médicaments.
Dans un premier temps, la démarche se limite aux médicaments ayant besoin d’une autorisation européenne
Les patients sont invités à donner leur avis sur les médicaments pour lesquels le besoin médical n’est pas satisfait ou quand le comité est encore indécis. Les patients seront aussi sollicités quand le Comité doit se prononcer sur le maintien, la suspension ou la révocation d’une autorisation marketing, pour une restriction d’indication ou pour une autorisation. 1ère molécule à l’étude : l’afamelanotide. Ce médicament est prescrit aux personnes souffrant une maladie sanguine génétique rare, la protoporphyrie eythropiétique, responsable d’une intolérance totale à la lumière et qui touche 5000 à 10 000 patients dans le monde. Actuellement, il n’existe aucun traitement autorisé.

Deux patients atteints de cette maladie ont participé au comité de Septembre. Ils ont pu partager leurs expériences de vie et répondre aux questions des experts. Leur contribution fait partie de l’évaluation de la molécule.
L’EMA envisage d’aller plus loin en impliquant systématiquement les patients aux interventions orales au Comité.

L’expérimentation durera au moins un an pour permettre un évaluation complète de l’intégration des patients aux explications orales du Comité. Un rapport sera présenté à l’issue comprenant des réflexions sur les aspects organisationnels, sur les retours de la part des membres du comité et des patients impliqués, un bilan des enseignements, les points à améliorer et des propositions pour déploiement complet du projet

Ces mesures ajoutées au rôle croissant des associations de patients, des médias publics et sociaux, aidera les médecins et les malades à prendre des décisions plus éclairées sur le meilleur traitement.

D’après un communiqué de l’agence européenne des médicaments
Marie-Georges Fayn

Pour plus d’information sur le projet
http://www.ema.europa.eu/docs/en_GB/document_library/Other/2014/09/WC500173509.pd

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.