Parking « raisonnablement » payant à Dijon

1€ l'heure, 6€ les 6 heures... Conscientes des difficultés actuelles de stationnement et soucieuses de garantir l’accès des patients au parking, au plus près des services dans des délais raisonnables, et de manière la moins "anxiogène" possible, les instances du CHU ont arrêté le principe d’un stationnement payant du Parking principal réservé aux usagers (patients, visiteurs…)

1€ l’heure, 6€ les 6 heures… Conscientes des difficultés actuelles de stationnement et soucieuses de garantir l’accès des patients au parking, au plus près des services dans des délais raisonnables, et de manière la moins "anxiogène" possible, les instances du CHU ont arrêté le principe d’un stationnement payant du Parking principal réservé aux usagers (patients, visiteurs…)

D’une capacité de 642 places, l’ensemble des usagers y aura accès 7 jours sur 7 par ticket horodaté.  Sous certaines conditions, l’Assurance Maladie peut rembourser les frais de parking des patients qui bénéficient d’une prescription médicale de transport et viennent ou se font accompagner au CHU en voiture particulière.
A noter que le stationnement restera gratuit de 19h00 à 7h00 du lundi au
vendredi, en week-end du samedi 13h00 au lundi 7h00, et les jours fériés.
Qu’en est-il pour le personnel et les patients à mobilité réduite ?
En plus des 375 places déjà existants, et réservées à certaines catégories de personnel, un nouveau parking de 170 places sera accessible 7j/7 à tout le personnel du CHU, par badge. Il s’agit d’un dispositif complémentaire à celui des navettes.
Les personnels auront également la possibilité de stationner gratuitement sur les parkings relais Mirande / Mazen Sully, d’une capacité de plus de 300 places. Des navettes accessibles par badge CHU permettront de rejoindre Bocage Central en 4 minutes, du lundi au vendredi, hors jours fériés.
Le dépose-minute du parvis
Les taxis, ambulances, Véhicules Sanitaires Légers (VSL), Personnes à Mobilité réduite (PMR), et autres cas particuliers auront toujours la possibilité de déposer les patients sur le parvis de Bocage Central. Cet espace n’étant pas dédié au stationnement, tout véhicule dépassant les 45mn de dépose du patient devra s’acquitter d’un montant de 3€ l’heure. Il existe aujourd’hui sur le site différentes zones de stationnement gratuites dédiées aux taxis, ambulances, Véhicules Sanitaires Légers (VSL), et Personnes à Mobilité réduite (PMR).
Le CHU rappelle également que le long de ses entrées pas moins de 748 places gratuites (boulevard Jeanne d’Arc, boulevard de Lattre de Tassigny, boulevard de Strasbourg, rue Angélique Ducoudray, rue Gaffarel, rue du stade…).
L’ensemble des sommes encaissées pour le stationnement financera l’aménagement des parkings et la gestion des navettes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.