Plaidoyer pour un cyclotron en Martinique

Au cours de sa visite aux Caraïbes début mai, le Président de la République a annoncé le soutien de l’État aux deux projets d'implantation de cyclotron, l’un en Martinique, l’autre en Guadeloupe. Ces déclarations ont troublé le Comité de soutien du projet « Cypag : un cyclotron pour les Antilles et la Guyane » qui a fait part de sa profonde perplexité et de son inquiétude dans un courrier en date du 21 mai 2015 adressé au Chef de l’Etat et aux différents ministères.

Au cours de sa visite aux Caraïbes début mai, le Président de la République a annoncé le soutien de l’État aux deux projets d’implantation de cyclotron, l’un en Martinique, l’autre en Guadeloupe. Ces déclarations ont troublé le Comité de soutien du projet « Cypag : un cyclotron pour les Antilles et la Guyane » qui a fait part de sa profonde perplexité et de son inquiétude dans un courrier en date du 21 mai 2015 adressé au Chef de l’Etat et aux différents ministères.
Plusieurs arguments sont avancés justifiant l’intérêt d’installer un seul cyclotron en Martinique pour l’ensemble de la région des Antilles Guyane.
Réunissant élus, médecins du CHU, hospitaliers, professionnels de santé, représentants des usagers, le comité craint que le financement du cyclotron Martinique ne soit conditionné au retour à l’équilibre du CHU de Martinique et que ce projet soit très retardé, comme cela a été évoqué dans la presse. Or souligne l’instance « Les rapports des experts mandatés par le ministère de la Santé (…) sont unanimes pour préconiser un unique cyclotron, en Martinique ».
Le comité rappelle qu’il s’agit d’un projet historique et universitaire porté depuis quatre ans par le Pr Hervé Azaloux qui a permis la création d’un poste hospitalo-universitaire de médecine nucléaire à la Martinique.
Selon les responsables, le choix de la Martinique se justifie également par la réalité médico-économique et géographique la Martinique étant au centre géographique des Antilles Guyane. « En effet,précisent-ils  le cyclotron Guadeloupe ne pourra pas fournir correctement en isotope le TEP scanner de la Guyane (temps d’acheminement trop long, liaison aérienne indirecte).
Si les 3 régions Françaises d’Amérique étaient toutes dotées d’un Cyclotron, les conséquences économiques seraient lourdes
12 millions d’euros (voir 18, s’il en faut un aussi en Guyane) d’investissement au lieu de 6, et surtout un déficit structurel d’exploitation définitif et inéluctable car les équipements seront « dramatiquement déficitaires ». Ces déficits seraient supportés par les CHU, tous sont inscrits dans des plans de retour à l’équilibre prévoyant justement la suppression de doublons s’alarme le comité.
En conclusion, le comité se déclare prêt « à participer à la recherche commune de solutions techniques de compromis (il en demeure) avec cependant, une source unique de production d’isotope en Martinique, seule chose raisonnable ».

Membres du Comité de soutien du projet Cypag : un cyclotron pour les Antilles et la Guyane
Pr François Roques, Président de la CME du CHU de Martinique
Dr Lucien Lin, Vice-Président de la CME du CHU de Martinique
Dr Abdelkrim Benchikh-El-Fegoun, Vice-Président du Syndicat martiniquais des hospitaliers
Dr Guy Sobesky, Président de la Fédération Hospitalière
de Martinique
Dr Eliane Richardson, Présidente de l’Union Régionale des Professionnels
de Santé Médecins Libéraux de la Martinique
Mme Denise Marie, représentante des usagers au CHU de Martinique
Yvon Pacquit, Président du Conseil de surveillance du CHU de Martinique
Dr Raymond Helenon, Président du Conseil de l’Ordre des Médecins de Martinique

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.