Politique énergétique, Le CHU de Martinique certifié

Opérateur économique de premier plan, le Centre Hospitalier Universitaire de Martinique entend réduire son empreinte énergétique et carbone. Conscient des enjeux, mais aussi de l'importance de maîtriser ses dépenses courantes, l'établissement a adopté un système de management de l'énergie. Sa démarche allie une amélioration continue de sa performance énergétique et des actions de sensibilisation des personnels à une meilleure maîtrise de leur consommation. L’engagement du CHU s’inscrit dans le cadre de l’objectif « d'autonomie énergétique du territoire martiniquais fixée à l'horizon 2030 ! La démarche a débuté par la signature d’une convention avec EDF, elle s’est poursuivie par l’obtention de la certification ISO 50 001
Opérateur économique de premier plan, le Centre Hospitalier Universitaire de Martinique entend réduire son empreinte énergétique et carbone. Conscient des enjeux, mais aussi de l’importance de maîtriser ses dépenses courantes, l’établissement a adopté un système de management de l’énergie. Sa démarche allie une amélioration continue de sa performance énergétique et des actions de sensibilisation des personnels à une meilleure maîtrise de leur consommation. L’engagement du CHU s’inscrit dans le cadre de l’objectif « d’autonomie énergétique du territoire martiniquais fixée à l‘horizon 2030 ! La démarche a débuté par la signature d’une convention avec EDF, elle s’est poursuivie par l’obtention de la certification ISO 50 001 (label décerné à très peu de CHU) et par la définition d’objectifs de réduction de consommation. Retour sur près de 2 ans de mobilisation…
La consommation énergétique au CHUM…Watts that ?
Institution du secteur tertiaire, le CHU de Martinique présente, au même titre que bien d’autres établissements de santé, plusieurs particularités : une consommation énergétique élevée, des bâtiments construits à différentes époques souvent loin des standards actuels. Il doit en outre gérer plusieurs contraintes simultanées comme la production de déchets qui requiert la mise en place de filières de récupération et de tri, le rejet d’effluents liquides, des consommations d’eau importantes, etc.
Nombreux sont les cadres réglementaires ou incitatifs à avoir inscrit la problématique de développement durable à l’ordre du jour des établissements de santé. Un chiffre résume l’ampleur de l’enjeu : le secteur de la santé représente à lui seul 12 % des consommations énergétiques du secteur tertiaire. Enfin, en ces temps de contrainte budgétaire, le poids financier de l’énergie est un argument de plus pour agir. Première cible : le site principal, Pierre Zobda Quitman. 
La politique énergétique : un engagement officialisé…
Gros consommateur de fioul, d’eau et d’électricité, le CHUM s’est engagé dans une démarche continue d’amélioration de la consommation d’énergie actée avec l’EDF, producteur et distributeur d’électricité à partir d’énergie fossile sur le département. Cette convention établie entre les deux partenaires s’appuie sur une convergence d’intérêts.  Le CHUM va investir dans des équipements énergétiques performants dans le cadre de la reconstruction du plateau technique de l’hôpital Pierre Zobda Quitman. Il va également déployer un système de management de l’énergie (SME) conforme à la norme ISO 50 001 assurant une maitrise de la consommation d’électricité. 
Objectif Certification !
Pour mener à bien ce projet, le CHUM s’est adjoint les compétences d’un Assistant à Maitrise d’ouvrage (AMO), en l’occurrence la société H3C Caraïbes. Une fois la politique énergétique ainsi que les grands axes arrêtés par le Directeur Général, une équipe énergie d’une vingtaine de référents sur tout l’établissement a été constituée. Elle a réussi à conduire l’audit en 4 mois, du 30 novembre au 04 décembre 2015, un temps record. 6 jours après le résultat tombait : le CHU avait passé avec succès l’épreuve de la certification. Le CHUM est le deuxième établissement hospitalier de France à être certifié ISO 50 001 après le CHU de la Réunion et le premier des Antilles Guyane.
Le précieux label ISO 50001 a été obtenu grâce à la mobilisation sans faille d’Annick CLEMMER Directeur Adjoint, et de José CHARLERY-ADELE Responsable « Energie » et ingénieur maintenance filière CFO/CFA et des membres de leur équipe : ALLEBE Didier (Responsable CFA)
CAPRON Jean-Luc (Ingénieur Blanchisserie)
CLIO Claude (Ingénieur Maintenance responsable de site)
CORNET Caroline (Ingénieur Responsable Transports)
DOLMEN Françoise (Cellule Marchés)
GIBOYAU Steeve (Responsable Fluides)
GRILLON Thierry (Ingénieur Hygiène Sécurité Développement Durable)
LEWIS Éric (Ingénieur Biomédical)
LUCIEN Jean-Michel (Ingénieur Gestion des risques)
MAUNEL Gilbert (Responsable Cuisine centrale)
MONGERAND Bruno (Responsable CFA)
PASTOUR Henri (Responsable CFO)
REGA Rudy (Technicien HSE référent Développement Durable) 
SAINT-OMER Patricia (Travaux GC)
SIDON Marc (Responsable GTC)
SYLVANIE Fabienne (Responsable Froid Climatisation)
TREBEAU Karine (Ingénieur Qualité)
VROUST-ECANVIL Valérie (Responsable Communication)

Le calendrier de la planification 
Juillet 2014 : Signature de la convention entre le CHUM et EDF 
Avril 2015 : Recrutement de l’Assistant à Maitrise d’ouvrage H3C Caraïbes
Fin Juin 2015 : Diagnostic de !’Assistant à Maitrise d’ouvrage
23 Juillet 2015 : Formation à l’ISO 50001 de l’ensemble de l’équipe énergie
Août 2015 : Présentation du bilan énergétique
Fin Août 2015 : Proposition d’un plan de management de l’énergie avec le plan d’actions s’y rattachant
Septembre à novembre 2015 : Réunions hebdomadaires pour le suivi et application du plan d’actions
Novembre 2015 : Mise en place officielle du Manuel Energie 23 au 25 Novembre 2015 : Audit à blanc
30 Novembre au 04 décembre 2015 : Audit
10 Décembre 2015 : Certification à l’ISO 50001 du CHUM
Verbatim des membres de l’Equipe Energie
« Cette période préparatoire à la certification a été une formidable expérience pour moi » précise José CHARLERY­ ADELE, chef du projet, Responsable « Energie » Ingénieur maintenance filière CFO/CFA. « L’implication de l’équipe «Energie » et toute la communication qui en a découlé m’ont vraiment marqué. Les délais étaient courts mais tout le monde a respecté de façon globale ses engagements. »
« Pourquoi moi me diriez-vous en tant que responsable du projet ?! Tout naturellement parce que j’ai voulu me saisir du dossier compte tenu de l’échéance de la certification en décembre 2015 et de mon champs d’intervention actuel au sein des services techniques. L’articulation entre les deux fonctions était toute combinée !
Avec du recul, je peux dire que je me suis et continue à me sentir à l’aise d’autant que ce sujet du développement durable et de l’économie d’énergie me parait vraiment incontournable. »
La certification est une première étape Monsieur «Energie » compte bien poursuivre sur cette lancée : « Mon objectif, insiste t-il, c’est de pouvoir permettre de réduire la facture énergétique de 20% d’ici 3 à 4 ans !»
Management de l’énergie, êtes-vous au courant ?
« Notre objectif est de comprendre les augmentations de dépenses d’énergie pour les maîtriser. Il s’agira ensuite de les diminuer progressivement par la mise en place d’outils de comptage, accompagné d’un plan d’actions notamment sur les équipements et installations les plus énergivores. » rajoute l’ingénieur.
Pour cela, la nécessité d’agir sur les « Usages Energétiques Significatifs (UES) » est incontournable. Seront donc ciblés : la climatisation, les centrales de traitement d’air Matériel et équipements bio médicaux, l‘éclairage, la bureautique, les ascenseurs, l‘eau chaude sanitaire, les centrales de production de fluides médicaux, la blanchisserie, le transport et transit.
Trois indices de performances énergétiques IPE ont été définis pour le site de l’hôpital Pierre Zobda Quitman:
– Electricité : KWh/m2/an = 350
– Fioul domestique : L/journée (d’hospitalisation)= 0.835
– Carburant routier : L/100Km= 7.35
Le CHU Martinique pourra alors constater si les performances sont atteintes ou dépassées en comparant les dépenses par rapport à ces indices de référence. Ces indices pourront être réévalués ou complétés avec l’entrée en service du nouveau plateau technique.
2016 : Restons branchés sur la maîtrise de l’énergie !
2016 s’annonce riche en actions. Conformément aux exigences de la norme ISO 50001, de nombreuses mesures seront prises pour garantir la mise en œuvre du système de management de l’énergie telles que :
• La poursuite de travaux avec la mise en place de batterie de condensateur pour optimiser le contrat EDF ;
• Le plan de comptage de l’énergie ;
• Les plans de remplacement de lampes classiques par des lampes basses consommations ;
•L’installation de système permettant d’interrompre la climatisation en cas d’ouverture de portes et fenêtres ;
• Le déploiement du plan d’actions sur les autres sites ;
• Les visites de suivi en décembre 2016 et 2017.
 « Notre insularité est la raison même d’une telle démarche. Nous devrons comme toute certification l’exige, être capable de démontrer lors la visite de suivi programmée dans un an, que les objectifs de maîtrise et de réduction de la demande d’énergie sont atteints. Le périmètre devra alors être étendu à l’ensemble des activités du CHUM. » annoncent les responsables de l’équipe énergie.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.