Pose de la première pierre de la Clinique Universitaire du Cancer

La pose de la première pierre de la Clinique Universitaire du Cancer qui devait se dérouler le 8 juillet 2009, en présence de Madame Roselyne Bachelot-Narquin, Ministre de la Santé et des Sports, est reportée fin octobre ; Madame Bachelot-Narquin étant retenue le 8 juillet à l'Assemblée Nationale pour le débat de politique générale.

La pose de la première pierre de la Clinique Universitaire du Cancer qui devait se dérouler le 8 juillet 2009, en présence de Madame Roselyne Bachelot-Narquin, Ministre de la Santé et des Sports, est reportée fin octobre ; Madame Bachelot-Narquin étant retenue le 8 juillet à l’Assemblée Nationale pour le débat de politique générale.

Implantée sur le site de Langlade anciennement occupée par l’usine AZF, la Clinique Universitaire du Cancer symbolise l’espoir et le renouveau.

Erigé sur un terrain de 220 hectares, l’établissement inaugure le vaste programme de réhabilitation urbaine du site toulousain. Toutes les forces vives de la cancérologie y seront rassemblées en 2013. Elles feront de Toulouse, avec ses partenaires régionaux et en lien avec l’association du Cancéropôle, un des hauts lieux de la recherche et de l’innovation dans ce domaine.

En effet, autour de la Clinique Universitaire du Cancer et pour la première fois en Europe, le site de Langlade regroupera dans le cadre d’un campus universitaire un ensemble d’acteurs publics et privés aux vocations complémentaires, coordonnées par l’association du Cancéropole.

La clinique insuffle une dynamique de convergence entre recherche, innovation et soins pour le plus grand bénéfice des patients.


La fin du chantier de la Clinique Universitaire du Cancer est prévue pour 2012. Les premiers patients seront accueillis en 2013.

Les 7 partenaires de la Clinique
La Clinique Universitaire du Cancer, composante du Cancéropôle toulousain, est créée en partenariat
avec le CHU de Toulouse, l’Institut Claudius-Regaud, les Cliniques Privées, les Centres Hospitaliers
Généraux, le Réseau Oncomip, l’Établissement Français du Sang et l’Université Paul Sabatier.

Quelques chiffres
• 300 millions d’euros d’investissement
• 1 200 professionnels de santé
• Environ 300 lits et places
• 97 salles de consultation
• 7 blocs opératoires
• 1 plateau technique de radiothérapie de 6 salles
• 22 500 m2 de surface au sol
• 44 150 m2 d’espaces verts

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.