Pose de la première pierre du nouvel hôpital de rééducation et de réadaptation du CHU

Perspective aérienne du nouvel hôpital de rééducation et de réadaptation 
Espérée depuis 22 ans, l'opération de "démolition - reconstruction" de l'hôpital de rééducation et de réadaptation du CHU de Nîmes au Grau du Roi a été lancée lors de la cérémonie officielle de pose de la première pierre, le vendredi 8 octobre. 200 personnes sont venues découvrir le site qui abritera en 2012 un centre médicalisé pour les malades les plus lourds, sans équivalent régional. D'une superficie de 14 000 m² et d'une capacité de 200 lits et places (+25% par rapport à l'ancienne structure), il représente un investissement de 36 millions d'euros.

Espérée depuis 22 ans, l’opération de « démolition – reconstruction » de l’hôpital de rééducation et de réadaptation du CHU de Nîmes au Grau du Roi a été lancée lors de la cérémonie officielle de pose de la première pierre, le vendredi 8 octobre. 200 personnes sont venues découvrir le site qui abritera en 2012 un centre médicalisé pour les malades les plus lourds, sans équivalent régional. D’une superficie de 14 000 m² et d’une capacité de 200 lits et places (+25% par rapport à l’ancienne structure), il représente un investissement de 36 millions d’euros.

Cliquer pour agrandir
Perspective aérienne du nouvel hôpital de rééducation et de réadaptation

«L’offre de soins en médecine physique et réadaptation (MPR), en nutrition et endocrinologie- maladies métaboliques et en addictologie sera améliorée grâce à la coordination des activités de diagnostic et de prise en charge des patients, au formidable potentiel de recherche et d’innovation thérapeutique et grâce à un enseignement coordonné» a expliqué Jean-Olivier Arnaud. Etablissement de référence dans la coordination régionale des soins de suite et de réadaptation, l’hôpital coopèrera avec le CHU de Montpellier et travaillera en réseau avec les Fédérations inter-hospitalières en Médecine Physique et Réadaptation et Addictologie.

L’hôpital de rééducation et de réadaptation accueillera près de 5 000 consultants souffrant de déficience motrice, de maladie de la nutrition et du diabète, d’addiction et adressés par les établissements de Montpellier et de Nîmes et de l’ensemble de la région.

Les plus du centre : innovations techniques et expertise professionnelle pour des rééducations/réinsertions sur mesure

– Un plateau technique et une équipe de rééducation et de réadaptation. Pour répondre aux situations très diverses de chacun des patients, le kinésithérapeute et l’ergothérapeute peuvent compléter les séances traditionnelles de mécanothérapie ou de physiothérapie par des rééducations instrumentales de la marche et de la posture comme de la préhension. Les professionnels peuvent aussi faire appel aux récentes techniques de robotique en vue de la restitution du geste. Une place déterminante est accordée aux rééducations cognitives des troubles de la communication et des fonctions intellectuelles grâce à une équipe de neuropsychologues et d’ergothérapeutes qui s’appuient sur l’usage de la réalité virtuelle et sur les mises en situation concrète. L’établissement dispose aussi des moyens plus classiques : balnéothérapie, parcours de marche, réentraînement à l’effort et ergonomie appliquée.

– Une équipe d’appareillage (orthèses prothèses, aides techniques)travaille avec les entreprises régionales partenaires pour proposer aux personnes handicapées la solution la plus adaptée et la plus moderne.

– Une équipe de diététique a mis sur pied une prise en charge personnalisée avec enquête alimentaire, conseil nutritionnel qui tient compte des goûts du patient, de son activité physique et de son désordre métabolique, avec mise en application en cuisine thérapeutique. L’équipe multidisciplinaire intègre aussi la composante psychologique du trouble des comportements alimentaires, des dépendances vis à vis de l’alcool, du tabac, des substances psychotropes.

– Une équipe d’entraînement physique adapté propose des programmes personnalisés de réactivation physique en fonction des déficiences.

– Une équipe d’assistants sociaux prépare le projet de vie sociale en relation avec les équipes mobiles de réinsertion (SAMAD : Service d’Accompagnement et de Maintien à Domicile, SAMSAH : Service d’Accompagnement Médico-Social pour Adultes Handicapés), la MDPH30 (Maison Médicale des Personnes Handicapées) et le projet professionnel avec l’UEROS (Unité d’Evaluation, de Réentraînement et d’Orientation Sociale et professionnelle) et les organismes de rééducation professionnelle.

L’hôpital de rééducation et de réadaptation : données repères
Le site du grau du Roi jouit d’un emplacement exceptionnel qui met en valeur le concept architectural. Le bâtiment basse consommation s’intégrera parfaitement dans le paysage : choix de matériaux naturels, orientation des chambres vers la mer.

Maître d’oeuvre : Agence Barbosa Vivier
Superficie : 14 000 m² (SHON Surface Hors oeuvre Nette) pour une emprise au sol de 9 000 m2
Nombre de lits et places : 200 soit 40 lits de plus que dans l’ancien site et 80% des lits en chambre individuelle.
Equipements spécifiques : plateau de balnéothérapie comprenant un bassin 10*12 mètres avec pour accès un couloir de marche, un trèfle (grande baignoire) avec rail pour le transport des patients…, plateau technique de rééducation et de réadaptation (mécanothérapie, physiothérapie, techniques robotiques, simulateur de conduite, atelier cuisine…)

Coût travaux de l’opération : 22 000 000 euros HT
Coût toutes dépenses confondues : 36 000 000 euros TTC
Reprise des terrains du site actuel et prise en charge des démolitions des bâtiments existants par la Mairie du Grau du Roi.
Projet pris en charge au titre du plan national Hôpital 2012 à hauteur de 16 millions d’euros (MAINH, Agence Régionale de Santé du Languedoc-Roussillon).
Assistant Maîtrise d’ouvrage HQE par ADEME, Conseil Général, Conseil Régional à hauteur de 80 % de la dépense au titre des frais d’études.
Le programme comprend notamment l’installation de 180m² de panneaux solaires thermiques couvrant 45% des besoins d’eau chaude sanitaire, la protection des surfaces vitrées exposées du bâtiment d’hébergement, par des casquettes, des brise-soleils et des occultations intérieures, une isolation extérieure réduisant les ponts thermiques et permettant d’avoir une inertie lourde – vitrages U=1,9 W/m2.Kla, la priorité accordée à l’éclairage naturel avec une autonomie de 80% de 8h à 18h dans les chambres et des équipements économes en énergie : chaudière à compensation, plancher chauffant basse température, régulation par façade…
Le projet a reçu un accord de principe d’inscription au programme d’aides Effinergie (ADEME, Conseil Général, Conseil Régional) pour la réalisation d’un Bâtiment Basse Consommation

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.