Premier prélèvement rénal laparoscopique à Nice

Mercredi 29 mars 2006, l'équipe de transplantation rénale dirigée par le professeur Jean Amiel, chef de service d'Urologie-Néphrologie au CHU de Nice a réalisé pour la première fois à Nice et en Région PACA un prélèvement rénal laparoscopique chez un donneur vivant.

Mercredi 29 mars 2006, l’équipe de transplantation rénale dirigée par le professeur Jean Amiel, chef de service d’Urologie-Néphrologie au CHU de Nice a réalisé pour la première fois à Nice et en Région PACA un prélèvement rénal laparoscopique chez un donneur vivant.

Le prélèvement et la transplantation ont été réalisés par le Dr Marc Gigante Chirurgien des Hôpitaux en Urologie et Transplantation Rénale au CHU, sous la coordination du Pr Jacques Toubol et l’aide du Dr Christophe Vaessen, chirurgien transplanteur à la Pitié-Salpêtrière qui a assisté le Dr Gigante. Les conditions de sécurité étaient donc optimales pour cette première niçoise.

Le donneur, père du receveur, est retourné à son domicile au cinquième jour post-opératoire et devrait reprendre son activité professionnelle au bout de quinze jours. Le receveur a recouvré quant à lui une fonction rénale normale.

L’intérêt de la laparoscopie est de réduire les pertes sanguines, la douleur post opératoire, le préjudice esthétique, la durée d’hospitalisation ainsi que la convalescence. Le don de rein devient ainsi beaucoup moins pénible pour le donneur et moins coûteux pour la société.

De par son attractivité, l’activité de donneur vivant laparoscopique pourrait rapidement se développer à Nice.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.