Premier prélèvement rénal laparoscopique à Nice

Mercredi 29 mars 2006, l'équipe de transplantation rénale dirigée par le professeur Jean Amiel, chef de service d'Urologie-Néphrologie au CHU de Nice a réalisé pour la première fois à Nice et en Région PACA un prélèvement rénal laparoscopique chez un donneur vivant.

Mercredi 29 mars 2006, l’équipe de transplantation rénale dirigée par le professeur Jean Amiel, chef de service d’Urologie-Néphrologie au CHU de Nice a réalisé pour la première fois à Nice et en Région PACA un prélèvement rénal laparoscopique chez un donneur vivant.

Le prélèvement et la transplantation ont été réalisés par le Dr Marc Gigante Chirurgien des Hôpitaux en Urologie et Transplantation Rénale au CHU, sous la coordination du Pr Jacques Toubol et l’aide du Dr Christophe Vaessen, chirurgien transplanteur à la Pitié-Salpêtrière qui a assisté le Dr Gigante. Les conditions de sécurité étaient donc optimales pour cette première niçoise.

Le donneur, père du receveur, est retourné à son domicile au cinquième jour post-opératoire et devrait reprendre son activité professionnelle au bout de quinze jours. Le receveur a recouvré quant à lui une fonction rénale normale.

L’intérêt de la laparoscopie est de réduire les pertes sanguines, la douleur post opératoire, le préjudice esthétique, la durée d’hospitalisation ainsi que la convalescence. Le don de rein devient ainsi beaucoup moins pénible pour le donneur et moins coûteux pour la société.

De par son attractivité, l’activité de donneur vivant laparoscopique pourrait rapidement se développer à Nice.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.