Psychiatrie, une discipline médicale comme les autres : colloque national les 16 et 17 avril à Besançon

Quelle est la place de la psychiatrie dans le système actuel de soins ? Comment cette discipline est-elle considérée ? Quelles sont les évolutions pour demain ? C'est autour de ces questions qu'un colloque intitulé "Psychiatrie, une discipline comme les autres", est organisé par le CHU de Besançon et ses partenaires institutionnels, académiques et associatifs*, les 16 et 17 avril 2018 à Besançon sous le haut patronage du Ministère des solidarités et de la santé.

Quelle est la place de la psychiatrie dans le système actuel de soins ? Comment cette discipline est-elle considérée ? Quelles sont les évolutions pour demain ? C’est autour de ces questions qu’un colloque intitulé "Psychiatrie, une discipline comme les autres", est organisé par le CHU de Besançon et ses partenaires institutionnels, académiques et associatifs*,  les 16 et 17 avril 2018 à Besançon sous le haut patronage du Ministère des solidarités et de la santé.
Cinquante ans après son autonomisation en termes de soins, d’enseignement, et de recherche, la psychiatrie est l’une des priorités de la stratégie nationale de santé : prévention, dépistage précoce, organisation de la gradation des soins au sein des territoires et, autout des soins la formation et l’enseignement, l’innovation, la recherche, la promotion de la santé mentale et la lutte contre les addictions.
La place de la psychiatrie au sein des groupements hospitaliers de territoire (GHT), des communautés de territoire, des projets territoriaux de santé mentale, en fait l’un des moteurs de l’évolution de notre système de santé, du développement des parcours de soins et de leurs financements.
La politique de secteur a permis à la psychiatrie d’être précurseur, d’anticiper les alternatives à l’hospitalisation, les réseaux de soins et de santé, l’ouverture sur la ville et sur la société… mais elle reste encore trop souvent à l’écart des autres spécialités médicales, tout particulièrement de la médecine générale, et il est temps qu’elle s’en rapproche. Le renforcement son attractivité auprès des jeunes médecins passe par l’adaptation des enseignements et le développement de la recherche, en liens avec les neurosciences et les sciences humaines et sociales.
De même, il est nécessaire que soit reconnu le rôle de l’ensemble des acteurs du soin, notamment celui des équipes infirmières, des psychologues et des travailleurs sociaux, mais aussi celui des patients et de leur entourage : la prise en compte de l’histoire personnelle et familiale, des facteurs biologiques, psychologiques, socio-environnementaux, selon une perspective développementale à tous les âges de la vie, est à la base d’une stratégie de soins dynamique, individualisée, adaptée à l’évolution de la pathologie, dans le cadre d’un diagnostic partagé et d’une véritable alliance thérapeutique.
Plus d’un quart de la population souffre, a souffert, ou souffrira, de troubles anxieux, de troubles dépressifs, de troubles psychotiques, de conduites addictives… Tout le monde est concerné, d’autant que la notion de bien être psychique dépasse largement l’absence d’une pathologie : la psychiatrie est à la santé mentale ce que la médecine est à la santé.
Programme complet et renseignements
https://www.psychiatrie-ouverte-besancon.com/
Les 16 et 17 avril 2018, Maison des sciences de l’homme et de l’environnement (MSHE) – Besançon

*Ce colloque professionnel, piloté par le Centre hospitalier universitaire (CHU) de Besançon, est organisé en partenariat avec :

  • l’Union nationale de familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques (Unafam)
  • la Fédération nationale des associations d’usagers en psychiatrie (FNAPSY)
  • le Collège national des universitaires de psychiatrie (CNUP)
  • l’Association des établissements du service public de santé mentale (AdESM)
  • la Fédération hospitalière de France (FHF)
  • la Conférence des présidents des commissions médicales d’établissements (CME) de CHS
  • l’Agence régionale de santé (ARS) de Bourgogne-Franche-Comté
  • l’Université Bourgogne Franche-Comté (UBFC)
  • la Fondation Fondamental
  • la Fondation Pierre Deniker pour la recherche et la prévention en santé mentale

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.