Quand l’art ouvre une fenêtre intérieure sur le rêve et les émotions

Le service de réanimation du CHU d'Angers prend des couleurs et change d'atmosphère en ce jeudi 9 novembre 2017. Les « savantes collisions de couleurs franches » de la plasticienne, Elsa Tomkowiak, s'offrent désormais au regard des patients, de leurs familles et des équipes soignantes de réanimation médicale. Pour réaliser « Real/Karla », l'artiste a échangé pendant six mois avec les équipes du service de réanimation médicale du Centre hospitalier universitaire d’Angers afin d’y concevoir une œuvre pérenne magistrale et colorée, aboutissement d'une rencontre entre l’artiste et l'univers très particulier d'un service d'urgence vitale.
Le service de réanimation du CHU d’Angers prend des couleurs et change d’atmosphère en ce jeudi 9 novembre 2017. Les « savantes collisions de couleurs franches »  de la plasticienne, Elsa Tomkowiak, s’offrent désormais au regard des patients, de leurs familles et des équipes soignantes de réanimation médicale.  Pour réaliser « Real/Karla », l’artiste a échangé pendant six mois avec les équipes du service de réanimation médicale du Centre hospitalier universitaire d’Angers afin d’y concevoir une œuvre pérenne magistrale et colorée, aboutissement d’une rencontre entre l’artiste et l’univers très particulier d’un service d’urgence vitale.
Dans ce service où la vie est en tension, Elsa Tomkowiak a voulu créer un autre lien entre les familles et les équipes en proposant un échange en dehors de soin, autour de l’art. Ses palettes de couleur qui gagnent les murs, les couloirs et les plafonds sont adaptées à la mobilité des équipes médicales, à l’attente des familles, aux déplacements des patients installés sur des lits et transportés d’une unité à une autre.

Le regard pluriel sur l’art 

Les oeuvres sont en place depuis plusieurs semaines. Equipes, patients et familles se les approprient, les observent, se questionnent. « Cela change nos conversations. On ne parle plus uniquement du patient aux familles mais également de ce qui nous entoure, constate Christelle Ledroit, cadre de santé dans le service de réanimation-médicale. Nous sommes amenés à expliquer aux patients et aux familles le travail d’Elsa Tomkowiak. Ils touchent les peintures et s’interrogent sur cette réalisation. »

Ce travail participe à la démédicalisation symbolique des espaces intermédiaires mais également à la qualité de vie au travail. Et les premières craintes d’une saturation de l’espace par les aplats colorés et la palette chromatique utilisée ont été rapidement balayées grâce à l’écoute de l’artiste. « Elsa Tomkowiak a peint avec parcimonie et a ajouté du blanc dans ses peintures, pour ramener de la luminosité dans des espaces souvent clos. »
« Real / Karla » a été un vecteur d’échange, de créativité et de cohésion. Les équipes soignantes ont été impliquées dans le choix final du projet par le biais de questionnaires. Trois artistes étaient, en effet, en lice pour répondre à cette commande passée il y a deux ans par le CHU. Un ancien patient et son épouse se sont également impliqués. Ils seront présents ce jeudi lors de l’inauguration.

L’art sait sublimer les contraintes de l’hôpital

La création dans un espace médicalisé doit satisfaire aux normes sanitaires et de sécurité et peut jouer avec en utilisant les caractéristiques des matériaux ignifugés, en intégrant la signalétique et du matériel incendie.

Pour sa réalisation, cette commande artistique a bénéficié de la contribution des étudiants de l’Ecole supérieure des Beaux-Arts d’Angers et du soutien de CNP Assurances, membre fondateur du Cercle des mécènes du CHU et de Dynamism automobile et Longchamp, mécènes des projets artistiques du CHU d’Angers. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.