Recherche en soins : l’excellence à travers 3 prix

Lors des dernières Journées francophones de la recherche en soins (JFRS) d'avril 2015 trois équipes ont été distinguées pour la pertinence et l'impact de leurs travaux : Frédéric Noublanche, cadre de santé, service de gérontologie clinique, CHU Angers : Prix scientifique du jury – Hospimedia, Hélène Darretain, puéricultrice, André Koszo, Infirmier au CHU Sud Francilien : Prix de l’innovation – Infirmiers.com, et pour Clémence Carel, infirmière, CHU Toulouse un double prix du jeune chercheur - Elsevier-Masson et prix du public – CHU Angers. Explications...

Lors des dernières Journées francophones de la recherche en soins (JFRS) d’avril 2015 trois équipes ont été distinguées pour la pertinence et l’impact de leurs travaux  : Frédéric Noublanche, cadre de santé, service de gérontologie clinique, CHU Angers : Prix scientifique du jury – Hospimedia, Hélène Darretain, puéricultrice, André Koszo, Infirmier au CHU Sud Francilien : Prix de l’innovation – Infirmiers.com, et pour Clémence Carel, infirmière, CHU Toulouse un double prix du jeune chercheur  – Elsevier-Masson et prix du public – CHU Angers

Prix scientifique du jury – Hospimedia remis à Frédéric Noublanche, cadre de santé, service de gérontologie clinique CHU Angers pour l’étude sur l’échelle de prédiction du risque de chute 
Pour les personnes âgées, une hospitalisation de qualité est une hospitalisation qui ne se prolonge pas. D’où l’importance d’éviter la survenue d’événements qui aggraveraient l’état de santé du sénior. Parmi eux la chute à l’hôpital qui reste fréquente avec une prévalence de 2,9 à 13 pour 1 000 lits-jours.
Pour réduire ce risque, il faut bien en connaître les  facteurs déclenchants de chutes chez les patients âgés hospitalisés en unités de soins de court séjour. Tel est e propose de l’étude conduite par Frédéric Noublanche, Romain Simon Attaché de recherche clinique hospitalier, service de gérontologie clinique du CHU d’Angers, Frédérique Decavel, Directeurs de soins du CHU d’Angers.2, Marie-Claude Lefort, Coordonnateur général des soins CHU d’Angers, Cédric ANNWEILER, praticien hospitalier service de gérontologie clinique du CHU d’Angers. Pr  Olivier Beauchet, chef du service de gérontologie clinique du CHU d’Angers  ont travaillé sur l’Echelle de Prédiction du Risque de Chute (EPRiC) en combinant les items : âge > 85 ans, sexe, polymédication, avoir des troubles cognitifs, et antécédent de chutes
Conclusion : deux combinaisons des items de l’EPRiC prédisent de façon significative la survenue de la chute : la combinaison des troubles cognitifs et des antécédents de chutes.
Pour tout renseignement contacter
FrNoublanche@chu-angers.fr
Prix de l’innovation infirmers.com : Hélène Darretain, puéricultrice, André Koszo, Infirmier au CHU Sud Francilien pour leur étude d’une technique alternative pour la pose de sonde contre la douleur oro gastrique chez le nouveau-né à terme et prématuré. Le principe : utiliser la succion pour faciliter la déglutition et le passage de la sonde. Les résultats démontrés : une nette diminution de la douleur et des nausées.

Pour tout renseignement contacter

helene.darretain@gmail.com

Prix du jeune chercheur Elsevier-Masson et Prix du public attribué par l’ensemble des congressistes : Clémence Carel CHU Toulouse. Cette infirmière a étudié l’influence du soignant sur le vécu douloureux et émotionnel du patient, lors de la pose d’un cathéter veineux périphérique
La pose d’un cathéter veineux périphérique est un soin douloureux répétitif chez des patients atteints de cancer. Des traitements médicamenteux pour prévenir la douleur sont utilisés mais des contre-indications limitent leur usage. Or la douleur peut être allégée par une communication positive et le choix de mots ou de circonstances appropriés : tranquillement, confortablement, calme, détendu, paisible, respiration, s’apaise, très bien…très, très, bien…, c’est un peu frais , assouplir, protéger, couche protectrice, …. pied à perfusion.
Résultat : un mieux-être ressenti dans 80% des cas contre 38% en communication courante.
« Cette méthode permet de gagner en qualité de soin sans perte de temps. Elle encourage les soignants, qu’ils soient médicaux ou paramédicaux, à développer ce type de communication dans leur pratique quotidienne, avec pour objectif le mieux-être et le « bien-vivre » du soin pour la personne soignée », préconise la chercheuse.
Pour tout renseignement contacter
clemencebrom@hotmail.com et christelle.couanau@gmail.com

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.