Rhumatologie : une clé USB entre deux consultations

Grâce aux informations enregistrées par des patients volontaires sur une clé USB, les rhumatologues peuvent suivre de plus près l’évolution des spondylarthrites et polyarthrites entre deux consultations ; un accompagnement assuré dans le cadre d'une recherche clinique.

Grâce aux informations enregistrées par des patients volontaires sur une clé USB, les rhumatologues peuvent suivre de plus près l’évolution des spondylarthrites et polyarthrites entre deux consultations ; un accompagnement assuré dans le cadre d’une recherche clinique.
Les spondylarthrites sont dues à l’inflammation des attaches de ligaments et des tendons dans l’os. Il n’existe à ce jour pas de traitement définitivement curatif pour cette pathologie. Les vives douleurs au dos et au bassin qu’elle entraîne peuvent cependant, depuis quelques années, être soulagées par des biothérapies (les anti-TNF alpha) qui comportent certains risques, et coûtent cher… Leur prescription nécessite donc la meilleure connaissance possible de l’état du patient et de son évolution, même entre les consultations espacées de trois mois au mieux : ces traitements ne devraient en effet être poursuivis qu’en cas de (très) bonne réponse, parfois difficile à évaluer lors d’une seule consultation.
"Grâce à cette technique, nous pouvons espérer récolter 30 % à 50 % d’informations en plus", explique le Dr Jean-Marie Berthelot, rhumatologue, qui précise cependant que « cette expérience n’est que très préliminaire ; l’utilisation de cet outil dans le cadre de la recherche clinique est un plus, mais son acceptation en routine paraît encore aléatoire. L’avenir de la collecte de ces données, surtout dans les phases "critiques" de ces maladies, pourrait finalement passer par un site internet, avec en préliminaire une motivation complémentaire des patients. »
Pour affiner la prise en charge, une trentaine de patients de la région ont accepté de participer, dans le cadre d’un protocole de recherche, à une expérimentation qui consiste à remplir chaque semaine un questionnaire simple et rapide sur les fluctuations de leur maladie et enregistrer leurs réponses sur une clé USB qui leur a été remise. Les graphiques générés automatiquement permettent aux praticiens de visualiser en un coup d’oeil l’activité du rhumatisme depuis la dernière visite, et aux patients de mieux se remémorer les trois mois passés. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.