Robot chirurgical et tumeur ORL, nouvelle indication et 1ère en France

Pour la première fois en France en octobre 2008, un patient souffrant d'une tumeur bénigne du pharynx a été opéré par une équipe de chirurgiens du CHRU de Tours avec le robot chirurgical. Depuis, 3 autres patients ont été traités dont 2 porteurs de tumeurs cancéreuses du pharynx. Les premiers résultats sont encourageants avec des suites post-opératoires simples et une diminution de la durée d'hospitalisation. Le prochain malade sera opéré mi-avril. Il présente une tumeur maligne de l'oropharynx.

Pour la première fois en France en octobre 2008, un patient souffrant d’une tumeur bénigne du pharynx a été opéré par une équipe de chirurgiens du CHRU de Tours avec le robot chirurgical. Depuis, 3 autres patients ont été traités dont 2 porteurs de tumeurs cancéreuses du pharynx. Les premiers résultats sont encourageants avec des suites post-opératoires simples et une diminution de la durée d’hospitalisation. Le prochain malade sera opéré mi-avril. Il présente une tumeur maligne de l’oropharynx.

Après une formation aux USA, le Dr Sylvain Morinière a été le premier à pouvoir débuter la chirurgie robotique trans-orale en France pour le traitement d’une tumeur bénigne de la base de la langue. Depuis 2 autres centres (Lille et Lyon) ont aussi lancé cette activité. L’équipe ORL de Tours collabore avec eux pour favoriser l’essor de cette technologie puisse et la proposer comme une alternative au traitement des tumeurs du pharyngo-larynx.

Actuellement, seuls les patients souffrant de tumeurs bénignes et malignes de petites taille (< 4 cm) situées à la base de la langue, sur l'amygdale, l'épiglotte et au niveau de la partie supérieure du larynx sont opérés par voie trans-orale robotisée. Autre condition : ils doivent avoir une ouverture de bouche suffisante.
Atouts du robot chirurgicale
Innovation technologique, le robot chirurgical permet d’opérer les tumeurs du pharynx en passant par la cavité buccale. Une optique grossissante (jusqu’à 20 fois), en 3D permet d’exposer les régions profondes de la gorge. Deux bras portant des instruments de petites tailles (5mm), extrêmement précis et mobiles dans toutes les directions de l’espace, permettent d’opérer dans la gorge. Ils sont guidés à distance par le chirurgien qui opère dans une console à côté du patient. Un deuxième chirurgien est lui à la tête du patient pour aider (aspiration, écartement des tissus). On évite ainsi une grande ouverture cervicale et faciale qui est habituellement indispensable dans la chirurgie « ouverte » classique.

Epidémiologie des cancers ORL
20 000 cas en France,
3ème cancer masculin après les cancers de la prostate
et du poumon,
90 % des patients sont des hommes,
25 % des tumeurs sont situées dans l’oropharynx

En région Centre
1 200 cas / an dont 220 cancers de l’oropharynx

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.