Saint-Etienne : Centre national de référence pour l’AVC de l’enfant

Le CHU de Saint-Etienne a été retenu comme coordonnateur du centre national de référence pour l’Accident Vasculaire Cérébral (AVC) de l’enfant. L’enjeu : prévenir et traiter l’AVC de l’enfant, le rééduquer quand il souffre des séquelles et faire progresser la connaissance sur cette pathologie. En collaboration avec une dizaine d’établissements spécialisés partenaires*, Saint-Etienne animera les dispositifs et études autour de l’AVC de l’enfant

Le CHU de Saint-Etienne a été retenu comme coordonnateur du centre national de référence pour l’Accident Vasculaire Cérébral (AVC) de l’enfant. L’enjeu : prévenir et traiter l’AVC de l’enfant, le rééduquer quand il souffre des séquelles et faire progresser la connaissance sur cette pathologie. En collaboration avec une dizaine d’établissements spécialisés partenaires*, Saint-Etienne animera les dispositifs et études autour de l’AVC de l’enfant : filières de soins, d’expertise et de recueil de données, d’information et formation, de recherche et de recours à distance ou sur place pour les cas complexes, à l’échelon national et international.
L’Accident Vasculaire Cérébral (AVC) chez l’enfant, une pathologie invalidante L’incidence de l’AVC chez l’enfant est heureusement beaucoup plus faible que chez l’adulte. Mais le nombre de personnes ayant des séquelles d’un AVC survenu dans l’enfance représenterait 10 % de
l’ensemble des personnes touchées par un AVC.

Un enfant ayant eu un AVC vit avec des séquelles plus ou moins invalidantes toute sa vie.
Les causes des AVC de l’enfant sont diverses (malformations des vaisseaux sanguins, artère affaiblie ou certaines maladies rares) et ne s’apparente pas de celles de l’adulte (un caillot sanguin, soit par la rupture d’un vaisseau sanguin). Le diagnostic peut être initialement méconnu et donc tardif. L’examen de référence, l’IRM en urgence s’avère parfois peu accessible surtout si l’enfant est jeune. Autre difficulté : le traitement immédiat ne fait pas encore l’objet d’un consensus chez les spécialistes et nécessite la mise en oeuvre d’études. Il implique un programme de rééducation pluridisciplinaire (traitement de la spasticité, des troubles des apprentissages, psychologie, insertion scolaire et sociale) dès les premiers jours suivant l’accident et jusqu’à la transition enfant/adulte.

*AVC de l’enfant : les partenaires du CHU de Saint-Etienne

Une coopération est instituée au niveau national et régional entre des établissements spécialisés et le CHU de Saint‐Etienne portant sur des aspects précis : l’imagerie au Kremlin‐Bicêtre (AP‐HP), la prise en charge aigüe à l’hôpital Necker‐Enfants Malades (AP‐HP), la néonatalogie au CHU de Grenoble, les soins de suite à Lyon et Saint‐Maurice (94).
Au niveau interrégional, le Centre National de Référence coordonné par le CHU de Saint‐Etienne va s’appuyer, en plus de ses propres capacités, sur des réseaux d’urgence, services courts séjours et plateaux techniques neurovasculaires des CHU de Grenoble, Clermont‐Ferrand et Lyon. Il a également établi des coopérations avec les CHU de Montpellier et d’Angers et avec d’autres établissements de la région concernant les soins de suite pédiatriques, l’organisation régionale de la rééducation pédiatrique et la médecine périnatale. Il prendra également contact avec le CHU de Dijon afin de l’associer à ce réseau.

Le Docteur Stéphane Chabrier, praticien du CHU de Saint‐ Etienne, est le coordonnateur et le garant du fonctionnement du Centre National de Référence.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.