Septembre 2020 : Les hôpitaux très mobilisés face à la reprise des contaminations

Le mois de septembre est marqué par une reprise inquiétante des cas de Covid-19...

Le mois de septembre est marqué par une reprise inquiétante des cas de Covid-19…
Les médias n’hésitent plus à employer le terme de deuxième vague. Et Olivier Véran lui-même appelle au renfort d’équipes soignantes. Comme l’indique BFM, le 27 septembre, « le ministre de la Santé souhaite recruter dans les hôpitaux et les Ehpad alors qu’une deuxième vague menace. "Je fais un appel, notamment dans les Ehpad, nous avons besoin de renfort", a déclaré le ministre de la Santé Olivier Véran appelant les soignants à venir combler les "postes ouverts, les postes financés, qui ne sont pas pourvus". Un appel qui renvoie au reportage du Parisien, le 21 septembre : « Hôpital : face à la pénurie de personnel, l’opération séduction de l’AP-HP ». Le quotidien explique comment l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris a mis les bouchées doubles pour stopper l’hémorragie de soignants. Résultat, depuis août, l’AP-HP a recruté 1371 infirmiers et aides-soignants.

Contaminations en hausse

Le 26 septembre, Le Parisien mentionne « 14.412 nouveaux cas et 39 décès supplémentaires à l’hôpital ». « Depuis le début de l’épidémie de coronavirus, plus de 21 000 personnes sont décédées à l’hôpital après avoir été infectées par le SARS-CoV-2.(…) Le taux de positivité des tests ne cesse d’augmenter : il est désormais de 7,2 %, contre 6,9 % la veille. Dans les hôpitaux, la situation continue à se dégrader. En une semaine, 4 102 malades ont été hospitalisés pour une infection au SARS-CoV-2 (+ 33 en 24 heures). Parmi ces patients, 763 ont été admis en réanimation (+ 16 par rapport à la veille), indique SPF. »
Dans ce contexte, déprogrammation des interventions non urgentes et plans blancs commencent à être activés. « En Ile-de-France, pour faire face à la remontée des entrées en réanimation, la direction de l’AP-HP va commencer ce week-end à déprogrammer les opérations des patients non-Covid note Libération le 24 septembre. Le retour de bâton n’a pas tardé : «On avait 50 patients en réanimation le 1er septembre, 132 le 23 septembre et on s’attend à en avoir plus de 200 à la fin du mois», égrène le directeur général adjoint de l’AP-HP, François Crémieux. Une marée montante qui absorbe désormais 27% de la capacité normale de réanimation de Paris et sa région, contre 18% une semaine plus tôt… Tandis que l’hôpital de La Rochelle active son plan blanc. « Avec neuf patients hospitalisés pour Covid, l’hôpital de La Rochelle est déjà au bord de la saturation. L’activité est déjà soutenue pour rattraper les retards du confinement. Autre souci : l’absentéisme du personnel. D’où le déclenchement du plan blanc, pour dégager des marges de manœuvre », informe France bleu le 24 septembre
Une situation épidémique qui donne lieu à de nouveaux débats et polémiques sur l’hôpital. Le 24 septembre, dans Challenges, Philippe Juvin, chef de service des urgences de l’hôpital Georges Pompidou s’inquiète de la saturation des hôpitaux. "Nous n’avons pas augmenté le nombre de lits de réanimation et d’hospitalisation, on l’a même réduit", affirme-t-il. Tandis que L’Obs repose la question de la tarification à l’activité. « Les médecins dénoncent depuis longtemps les effets pervers de la T2A généralisée et la logique commerciale qui la sous-tend. Mais plutôt que d’abandonner ce mode de financement, pourquoi ne pas l’adapter ? L’avis de l’ancien haut fonctionnaire Jean-François de Martel et du professeur de médecine André Grimaldi. » L’Obs attire également notre attention le 17 septembre sur une étude alertant sur le fait que « les patients noirs et musulmans se sentent discriminés à l’hôpital et renoncent à des soins ». "Une étude de l’Ined démontre que certains patients ont le sentiment « d’avoir été moins bien traités que les autres » et renoncent à des soins pour ne plus subir d’attitudes jugées vexatoires".

Journées de l’ADH

C’est dans ce contexte morose que se sont déroulées les 28es Journées de l’Association des directrices et directeurs d’hôpital (ADH), les 24 et 25 septembre au Parc Floral de Paris, relayées par Réseau, Hôpital et GHT.
"L’action collective s’est illustrée par une réponse sans faille de l’hôpital public face à la crise sanitaire associant solidarité et réactivité", avance Vincent Prévoteau, le président de l’ADH et de revenir lors de son discours inaugural sur les trois piliers fédérateurs du management hospitalier. Le premier étant celui de ses valeurs fondatrices: l’égalité et la qualité de soins offertes aux patients. "Directeurs, médecins, soignants, nous formons la même chaîne de soins. Nous sommes tous des femmes et des hommes de santé publique". Et d’évoquer les deux autres piliers essentiels à cette mission: la force du "construire ensemble", dans le cadre d’une "gouvernance équilibrée" au plus près du terrain, et d’un véritable pouvoir d’action. A savoir, "disposer des moyens techniques et financiers nécessaires".Le président de l’ADH souligne à ce sujet les avancées obtenues dans le cadre du Ségur 2020 en termes budgétaires et celles attendues en termes de "simplification".

Terminons enfin par le très beau reportage le 18 septembre d’Infirmiers.com sur les photographies qui témoigneront de l’engagement des soignants face à cette épidémie. "On ne pourra pas toutes les citer, et on en a sans nul doute oubliées dans ce tour d’horizon. Les photographies qui témoignent du plus fort de l’épidémie de Covid-19 ont été mises en valeur par plusieurs établissements hospitaliers ou éditeurs ces derniers mois. A l’initiative de soignants également photographes, ces clichés racontent comment chacun a pris part à l’effort au cœur de cette crise sanitaire sans précédent, du service de ménage au service de réanimation."
Hélène Delmotte

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.