Téléimagerie à distance 24h24, nuit et week-end

Une permanence médicale à distance des actes d'imagerie, - scanner, IRM, radiographie conventionnelle - est proposée aux établissements du bassin de santé rhônalpin et dans un second temps aux centres hospitaliers extrarégionaux. En complément de leur propre équipe, les établissements pourront s'adosser au Groupement d'intérêt économique (GIE) Téléimagerie Loire* afin de bénéficier d'un soutien médical spécialisé. Dans un contexte de démographie médicale radiologique défavorable, cette solution garantit la continuité du service public et une prise en charge de proximité des patients lors de vacations programmées en journée et de la permanence des soins de nuit ou de week-end.

Une permanence médicale à distance des actes d’imagerie, – scanner, IRM, radiographie conventionnelle – est proposée aux établissements du bassin de santé rhônalpin et dans un second temps aux centres hospitaliers extrarégionaux. En complément de leur propre équipe, les établissements pourront s’adosser au Groupement d’intérêt économique (GIE) Téléimagerie Loire* afin de bénéficier d’un soutien médical spécialisé. Dans un contexte de démographie médicale radiologique défavorable, cette solution garantit la continuité du service public et une prise en charge de proximité des patients lors de vacations programmées en journée et de la permanence des soins de nuit ou de week-end.
Modalités d’organisation d’un examen de téléimagerie
Le médecin urgentiste, présent sur place aux cotés du patient, prend contact avec le télé‐radiologue et l’informe de la pathologie du patient. Le téléradiologue de garde communique un protocole d’examen spécifique au manipulateur électroradiologie de garde sur place. Le manipulateur réalise l’examen et transfère les images au téléradiologue. Celui‐ci l’interprète et fait parvenir dans l’heure son compte‐rendu selon un processus sécurisé.
Pendant la 1ère année de mise en place, le Centre de Garde téléradiologique Imadis basé à Lyon assurera la permanence des soins au sein du GIE. L’architecture technique du GIE Téléimagerie Loire s’appuie sur le PACS** mutualisé et hébergé au sein du Numériparc de Roanne. Ce système, qui a reçu l’adhésion de l’ensemble des établissements hospitaliers du bassin de santé ouest de la région Rhône Alpes, permet d’archiver et de partager en toute sécurité des données de santé, et en particulier de gérer la transmission d’images numériques issues de toute modalité d’imagerie (scanner, IRM ou table de radiologie conventionnelle numérisée).
La coopération prévoit une juste valorisation financière de chaque acteur, tenant compte de l’acte technique et de l’acte intellectuel.
*Le Groupement d’intérêt économique Téléimagerie Loire est composé de la Mutualité Française Loire SSAM, le CHU de Saint Etienne, la SCM Pourcel Bergson Centre d’Imagerie Médicale (CIM) et le Centre de Garde téléradiologique IMADIS. Ce projet est inscrit dans la note de cadrage de l’ARS Rhône‐Alpes, définissant les axes de coopération entre la Mutualité française Loire SSAM et le CHU de Saint‐Etienne. Dans la mise en place de ce projet, le GIE bénéficie de l’appui et de l’expérience d’Imadis, structure téléradiologique, assurant la permanence des soins depuis plus de 3 ans, selon les recommandations des sociétés savantes.
**Le PACS (Picture Archive and Communication System) est un système informatique qui permet d’archiver, d’échanger, de traiter et interpréter des images médicales numériques dans l’ensemble de l’hôpital et à tout moment.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.